Navigation – Plan du site
Logic and Philosophy of Science in Nancy (I)

Meinong and Husserl on Existence. Two Solutions of the Paradox of Non-Existence

Giuliano Bacigalupo
p. 39-51

Résumés

Cet article analyse et compare les solutions données au paradoxe de la non-existence par Alexius Meinong et Edmund Husserl. Nous défendrons la thèse que la solution apportée par Meinong n'est pas convaincante puisqu'elle abandonne le cadre de la logique prédicative — qui est pourtant le lieu où le paradoxe a son origine — pour aboutir à une version de logique propositionnelle. D'autre part, l'approche de Husserl est plus prometteuse puisqu'elle va vers une extension de la logique prédicative, dans laquelle les jugements existentiels doivent être interprétés en relation avec différents contextes ou, pour reprendre la terminologie husserlienne, en relation avec différentes « sphères » ou « niveaux d'être ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 Meinong’s semantics of facts
3 Meinong’s retreat
4 Husserl’s sphere-semantics
5 Husserl’s Fregeanism and Meinong’s Meinongianism
6 Conclusion

Aperçu du début du texte

1 Introduction

At one time or another, we all have judged that such and such a thing does not exist, for instance Santa Claus, Sherlock Holmes, centaurs and unicorns. However, a few harmless premises about the nature of language force us to infer from the judgment (say) “Santa does not exist” that the opposite judgment is also true, namely that “Santa does exist”. In the literature, this conundrum is usually referred to as the paradox of non-existence and credited to Parmenides. Hence, it does not seem coincidental that the paradox of non-existence shares some traits with Zeno’s paradoxes. Although everyone knows that, for instance, Achilles will eventually overtake the tortoise, a few premises about space and time seem to suggest that the opposite will be the case. Similarly, we all know that we do truthfully judge that some things do not exist, but a few premises about the nature of language seem to imply the impossibility of such judgments.

If Zeno’s paradoxes were relatively short...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giuliano Bacigalupo, « Meinong and Husserl on Existence. Two Solutions of the Paradox of Non-Existence », Philosophia Scientiæ [En ligne], 18-3 | 2014, mis en ligne le 28 novembre 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/970 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.970

Haut de page

Auteur

Giuliano Bacigalupo

Universität Konstanz (Germany)
Université Lille 3 (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page