Navigation – Plan du site
Varia

Les thèses et les mesures photoélectriques de Jakob Kunz (1909-1913)

Thierry Gourieux
p. 163-194

Résumés

Entre 1909 et 1913 le physicien Jakob Kunz proposa une théorie de l’effet photoélectrique fondée sur l’idée que la lumière est constituée de puises électromagnétiques, ainsi que l’avait proposé J.J. Thomson. L’histoire de cette théorie est résumée ici en examinant plus particulièrement la façon dont Kunz exploita ses résultats expérimentaux à l’aide d’une analyse a posteriori de ses données.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 Quelques éléments de la vie scientifique de Jakob Kunz
3 L’effet photoélectrique aux débuts du siècle dernier ; les idées de Thomson ; la relation entre vitesse et fréquence
4 L’évolution des idées et des mesures pho­toélectriques de Jakob Kunz (et de David W. Cornélius)
4.1 L’article de 1909
4.2 Les mesures de 1910
4.3 Les mesures de 1911
4.4 Les mesures de Cornélius et les critiques de Karl Compton (1912-1913)
4.5 Bref épilogue à propos de la relation V(v) et des positions de Kunz
5 Conclusion

Aperçu du début du texte

1 Introduction

L’histoire de l’effet photoélectrique, qui traite de la question de l’interaction entre lumière et matière, est intégrée à celle de la révolution quantique du dé­but du siècle dernier [Allen 1913], [Hughes & DuBridge 1932], [Ramunni 1981], [Wheaton 2008]. Aussi cette histoire est-elle riche de théories alternatives, d’ex­périences et d’interprétations contradictoires, et constitue un morceau de choix pour observer et analyser dans le champ historique un pan des connaissances scientifiques en train de se construire et se déconstruire tout à la fois [Stuewer 1970], [Nugayev 1996].

L’étude qui suit se focalise sur le travail théorique et expérimental réalisé par Jakob Kunz et l’un de ses étudiants, David W. Cornélius, portant sur la fameuse relation entre la vitesse maximale des électrons émis par un corps irradié et la fréquence du rayonnement lumineux utilisé. Kunz était un grand admirateur de J.J. Thomson et porteur de l’une de ses thèses selon laquelle la lumière serai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Gourieux, « Les thèses et les mesures photoélectriques de Jakob Kunz (1909-1913) », Philosophia Scientiæ [En ligne], 18-2 | 2014, mis en ligne le 29 septembre 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/956 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.956

Haut de page

Auteur

Thierry Gourieux

Groupe de Physique Statistique, Institut Jean Lamour (UMR CNRS 7198), Université de Lorraine (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page