Navigation – Plan du site
Études

La réception de Hugo Dingler par l’École d’Erlangen

Oliver Schlaudt
p. 141-159

Résumés

Nous retraçons la réception de Dingler et les transformations qu’a vues son approche dans l’École d’Erlangen autour de Paul Lorenzen où l’on a cherché à faire ressortir et à développer la partie défendable du pragmatisme de Dingler. Le programme « purifié » de ce « constructivisme méthodique » consiste à reconstruire les connaissances scientifiques à partir du savoir-faire (technique et linguistique) sur lequel repose la construction des instruments de mesure.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

I.
II.
a) La distance (géométrie)
b) Le temps (chronométrie)
c) La masse (hylométrie)
III.

Aperçu du début du texte

Si aujourd’hui le nom de Hugo Dingler est encore connu dans la philosophie et n’a pas pu complètement échapper aux historiens de cette discipline, c’est sans doute grâce à plusieurs faits dont, avant tout, sa discussion du conven­tionnalisme - Philipp Frank le considérait même comme le principal repré­sentant du conventionnalisme en Allemagne - et son influence surprenante sur certains membres du Cercle de Vienne. (En effet, le jeune Rudolf Carnap demanda à Dingler de diriger sa thèse, ce que ce dernier, bien conscient de sa position précaire dans le monde universitaire, refusa [Wolters 1984, 1985].) Ces quelques indications biographiques font apparaître de temps en temps le nom de Dingler dans la littérature historique. Si l’approche philosophique de Dingler a été poursuivie - certes, avec des modifications parfois importantes -, c’est cependant grâce à sa réception au sein de l’« École d’Erlangen » autour du philosophe-mathématicien Paul Lorenzen (1915-1994). On observe que la qua...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Oliver Schlaudt, « La réception de Hugo Dingler par l’École d’Erlangen », Philosophia Scientiæ [En ligne], 18-2 | 2014, mis en ligne le 26 septembre 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/954 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.954

Haut de page

Auteur

Oliver Schlaudt

Universität Heidelberg (Allemagne) Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie - Archives H,-Poincaré - Université de Lorraine – CNRS
(UMR 7117) (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page