Navigation – Plan du site
Études

« Expériment » en 1823 - à propos d’un néologisme français mort-né

Alexandre Métraux
p. 95-104

Résumés

Au terme allemand d’Experiment (ou Versuch) correspond en fran­çais le terme d’expérience. Or, en sens opposé, expérience peut devenir soit Versuch, soit Erfahrung (savoir, savoir-faire, connaissance, événement vécu, etc.). Ainsi, le mot expérience véhiculé à plusieurs reprises par Lavoisier dans le discours préliminaire de son Traité a été traduit en allemand par Erfahrung, et en anglais par experiment, ce qui démontre que le terme français prête à des interprétations divergentes, mais également possibles. L’article explicite l’em­ploi du mot expériment, néologisme mort-né du début de xixe siècle, comme équivalent de Versuch., Experiment et experiment dans le but de réduire l’am­biguïté sémantique propre au terme d’expérience.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Écartons d’emblée tout malentendu. Le propos de la présente contribu­tion est des plus modestes. Il s’agit non pas de justifier, mais d’expliciter le choix d’un néologisme mort-né et vieux de presque deux cents ans pour la traduction du mot allemand Experiment par expériment - mot à fréquence relativement élevée dans l’article que Hugo Dingier a consacré à la philosophie de l’expérimentation (cf. le présent numéro, 33-56).

Et commençons par quelques remarques qui vont presque de soi.

Dans la version sur cédérom de 2004, le Petit Robert offre une définition quadruple d’expérience :

  1. Le fait d’éprouver qqch., considéré comme un élargissement ou un enrichissement de la connaissance, du savoir, des aptitudes.

  2. Événement vécu par une personne, susceptible de lui appor­ter un enseignement.

  3. Absolt. Connaissance de la vie acquise par les situations vécues.

  4. Le fait de provoquer un phénomène dans l’intention de l’étudier.

Pour ce qui est de la quatrième acception, l’ouvrage renvoie aux termes d’épreuv...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Métraux, « « Expériment » en 1823 - à propos d’un néologisme français mort-né », Philosophia Scientiæ [En ligne], 18-2 | 2014, mis en ligne le 26 septembre 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/949 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.949

Haut de page

Auteur

Alexandre Métraux

Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie - Archives H,-Poincaré - Université de Lorraine – CNRS
(UMR 7117) (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page