Navigation – Plan du site

Comptes rendus sur Dingler, Physik und Hypothese (1921)

Rudolf Carnap, Moritz Schlick et Hermann Weyl
Traduction de Christophe Bouriau, Gerhard Heinzmann et Oliver Schlaudt
p. 67-74

Résumés

Cette section contient les recensions que Rudolf Carnap, Moritz Schlick et Hermann Weyl ont données de l’ouvrage de Hugo Dingler : Physik und Hypothese. Versuch einer induktiven Wissenschaftslehre nebst einer kris­tischen Analyse der Fundamente der Relativitätstheorie [Dingler 1921]. Elles sont traduites par Christophe Bouriau en collaboration avec Oliver Sehlaudt et Gerhard Heinzmann.

Haut de page

Notes de la rédaction

Référence complète, voir [Dingler 1921].

Traduit par Christophe Bouriau en collaboration avec Gerhard Heinzmann et Oliver Schlaudt

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

1 Qui garantit la validité de la loi naturelle ? par Rudolf Carnap
2 Compte rendu sur Hugo Dingler, Physik und Hypothese par Moritz Schlick
3 Compte rendu sur Hugo Dingler, Physik und Hypothese par Hermann Weyl

Aperçu du début du texte

1 Qui garantit la validité de la loi naturelle ? par Rudolf Carnap

Question oiseuse. Puisque ce n’est plus le bon Dieu, c’est donc la nature. Mais non, nous sommes aujourd’hui plus éclairés encore : l’idée que la nature donne des lois et qu’elle impose leur continuelle validité, nous le savons, ne peut être au mieux qu’une manière poétique de parler. C’est bel et bien de l’anthro­pomorphisme. En réalité, nous n’avons pas du tout affaire à des lois au sens d’actes de la volonté. Bien au contraire, la nature se déploie de manière entière­ment déterminée, ses processus particuliers étant univoquement conditionnés. Ainsi, elle nous enseigne elle-même comment nous devons interpréter les lois de la nature, afin de présenter correctement ce type de connexions.

Mais a-t-on oublié le « tournant copernicien » de Kant ? Celui-ci ne disait- il pas, au contraire, que « l’entendement est lui-même la source des lois de la nature » ? Ceci revient à dire que ce n’est pas la nature qui nous prescrit la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rudolf Carnap, Moritz Schlick et Hermann Weyl, « Comptes rendus sur Dingler, Physik und Hypothese (1921) », Philosophia Scientiæ [En ligne], 18-2 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 18 août 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/940 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.940

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page