Navigation – Plan du site
Varia

Principes d’invariance et lois de la nature d’après Weyl et Wigner

Christophe Eckes
p. 153-176

Résumés

Dans cet article, nous entendons montrer que les principes d’invariance interviennent de manière essentielle pour caractériser les lois de la nature en physique. Pour ce faire, nous nous focaliserons sur les réflexions épistémologiques que Weyl et Wigner consacrent aux symétries. Nous proposerons une analyse conceptuelle de l’invariance en indiquant qu’elle permet de généraliser la première analogie de l’expérience de Kant (le principe de permanence de la substance). Nous analyserons de plus l’argument de Weyl selon lequel les principes d’invariance constituent des connaissances a priori en un sens relativisé. Nous indiquerons pour finir qu’aux yeux de Wigner, les « symétries » constituent des conditions qui nous permettent de structurer notre compréhension de la réalité empirique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Introduction : théorie des groupes et physique, un héritage kleinéen
1. Caractérisation des lois de la nature par Wigner
2. L’invariance : une tentative de conceptualisation
3. Le statut et les fonctions des principes d’invariance
3.1 Principes d’invariance et connaissances a priori en physique
3.2 Les principes d’invariance comme connaissances « transcendantales »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction : théorie des groupes et physique, un héritage kleinéen

Weyl et Wigner mettent en évidence l’importance des symétries en physique dès la fin des années 1920, alors qu’ils appliquent des méthodes de théorie des groupes en mécanique quantique. Leurs réflexions sur les principes d’invariance se constituent sur le long terme et elles se généralisent ensuite à diverses théories physiques.

La première édition de Gruppentheorie und Quantenmechanik de Weyl paraît en 1928. Il souligne alors l’importance fondamentale des symétries en mécanique quantique. Dès la fin des années 1930, il étend son raisonnement sur les symétries à d’autres théories physiques, à la biologie et aux productions artistiques [Weyl 1938]. Il s’inspire notamment de la Theorie der Gruppen von endlicher Ordnung de Speiser (troisième édition) [Speiser 1937] qui contient des réflexions esthétiques et mathématiques sur l’art ornemental. Le contenu de l’exposé de Weyl de 1938 sera complété dans ses conférences à Pr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Eckes, « Principes d’invariance et lois de la nature d’après Weyl et Wigner », Philosophia Scientiæ [En ligne], 16-3 | 2012, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/787 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.787

Haut de page

Auteur

Christophe Eckes

Institut Camille Jordan, Université Lyon 1 (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page