Navigation – Plan du site
Varia

Déflationnisme et conservativité : quelqu’un a-t-il changé de sujet ?

Henri Galinon
p. 133-151

Résumés

Nous clarifions et critiquons un argument influent opposé au déflationnisme par [Shapiro 1998b] et [Ketland 1999], fondé sur la non-conservativité des extensions des théories formalisées par des principes aléthiques universellement admis. À cette interprétation anti-déflationniste des phénomènes de non-conservativité, nous en opposons une autre, compatible à la fois avec les faits logiques et les thèses déflationnistes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2. L’argument de la conservativité
2.1 La thèse de la réflexion
2.2 La thèse de la conservativité
2.3 La situation logique
3. La thèse de la conservativité : quelqu’un a-t-il changé de sujet ?
3.1 Ethnologie
3.2 La situation logique, précisée
3.3 L’argument de la conservativité, réexaminé
4. Conclusion

Aperçu du début du texte

1 Introduction

Le déflationnisme en matière de vérité est porté par une double intuition. D’une part, l’intuition de ce que l’on appelle parfois la transparence de la notion de vérité, à savoir l’idée qu’un énoncé et l’énoncé qui lui attribue la vérité expriment une même proposition — une idée que l’on trouve déjà en substance chez Frege. D’autre part, l’intuition de l’indispensabilité de la notion de vérité à certaines fins expressives. En effet, si nous ne pouvons pas dire une infinité d’énoncés, nous pouvons parfois décrire ou désigner cet ensemble infini d’énoncés (par exemple, par la description définie « les théorèmes de l’arithmétique ») et, en attribuant la vérité aux énoncés de cet ensemble (« Tous les théorèmes de l’arithmétique sont vrais »), dire en substance, par une voie détournée (la montée sémantique), ce que notre finitude nous interdit de dire directement : en parlant des énoncés, nous continuons à « parler du monde ». La thèse déflationniste est alors que la notion...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Galinon, « Déflationnisme et conservativité : quelqu’un a-t-il changé de sujet ? », Philosophia Scientiæ [En ligne], 16-3 | 2012, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/785 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.785

Haut de page

Auteur

Henri Galinon

Université Paris 1, CNRS, ENS (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page