Navigation – Plan du site
Alan Turing

Turing et la dimension ontologique du jeu

Nazim Fatès
p. 7-16

Résumés

Dans son dernier article de 1954, Solvable and Unsolvable Problems, Turing répète le résultat fondamental de 1936 dans lequel est formulée l’impossibilité de résoudre tout problème algorithmique à l’aide d’une méthode universelle. Il expose ce résultat en le reliant à une notion qui paraît simple et accessible à tous : le jeu. Mais qu’est-ce qui est au juste entendu par cette notion de jeu ? S’agit-il d’un simple objet mathématique ou n’y a-t-il pas ici une notion qui touche à l’ordre du monde dans son ensemble ? N’y a-t-il pas chez Turing l’intuition que la cybernétique transformera le monde en une chose contrôlable et organisable, à l’image d’un grand Jeu ? Dans la mesure où le développement des machines à calculer dépasse le strict cadre des techno-sciences, peut-on voir là le déploiement d’un Jeu dont, nous dit Héraclite, nous serions nous-mêmes les pions ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1. Turing et la mathématisation du jeu
2. Des jeux particuliers au cas général
3. Modéliser et jouer
4. Un unique langage pour tous les jeux
5. La Cybernétique, enfant-roi ?

Aperçu du début du texte

« Αἰὡν παῖς ἐστι παίζων, πεσσεύων·παιδὸς ἡ βασιληίη. »
« Le temps de notre vie est un enfant qui joue et qui pousse des pions. C’est la royauté d’un enfant. »
Héraclite d’Éphèse [Battistini 1968]

Il est aujourd’hui courant, et c’est même devenu un lieu commun, de parler de « révolution numérique » pour qualifier le changement inouï de notre façon de vivre sous l’effet du développement de l’informatique et des techniques associées. Nous serions sous le coup d’un bouleversement « historique » du même ordre que ce que fut dans l’histoire de l’humanité l’invention de l’imprimerie ou la pratique de l’agriculture. Depuis une cinquantaine d’années, l’essor des ordinateurs et des robots s’est poursuivi à un rythme effréné, mais, semble-t-il, le meilleur reste à venir. Nous n’avons pas même le temps de nous familiariser avec les dernières nouveautés que voici que d’autres viennent en prendre la place. Les ordinateurs sont à ce point présents que l’on en vient à parler d’informatique « ubiquitai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nazim Fatès, « Turing et la dimension ontologique du jeu », Philosophia Scientiæ [En ligne], 16-3 | 2012, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/763 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.763

Haut de page

Auteur

Nazim Fatès

Inria
Villers-lès-Nancy (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page