Navigation – Plan du site
Modal Matters

Peacocke’s Epiphany: A Possible Problem for Semantic Approaches to Metaphysical Necessity

Jon Barton
p. 99-116

Résumés

en

Dans son livre intitulé Being Known, C. Peacocke se propose de repondre à la question de savoir comment nous en venons a connaitre des nécessités métaphysiques. Il développe une conception sémantique reposant sur des principes comprenant, d’une part, ses Principes de Possibilité — qui fournissent les conditions nécessaires et suffisantes pour un nouveau concept, « l’admissibilité » — et d’autre part des caractérisations de la possibilité et de la nécessité a l’aide de ce nouveau concept. Je me concentre sur une caractéristique structurelle, a savoir l’application récursive a l’œuvre dans la spécification de «l’admissibilité ». Apres avoir esquisse la proposition de Peacocke, j’introduis un personnage fictif, Peacocke-prudent. Je soutiens que la cohérence de ce personnage montre que la proposition de Peacocke ne peut pas être satisfaite. Je conclus en conjecturant qu’un échec similaire se présentera pour toutes les tentatives de fonder l’épistemologie de la nécessité métaphysique sur de telles bases semantiques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 Peacocke’s proposal
2.1 The Principles of Possibility
2.1.1 Modal Extension Principle (MEP)
2.1.2 A Constitutive Principle—of Fundamental Kinds
2.1.3 Principle of Restrained Combination
2.2 The rock and the hard place
3 Cautious Peacocke
3.1 A parallel with possible worlds semantics
3.1.1 Reflexivity
3.1.2 Transitivity
3.1.3 Symmetry
3.2 The Cautious contention
3.3 Cashing out the contention
4 Conclusion
4.1 Conjecture

Aperçu du début du texte

1 Introduction

Peacocke calls the general problem of reconciling our metaphysics with our epistemology in a given area the Integration Challenge. The question is: how do we reconcile our account of what makes the statements of the area true, with our account of how we come to know those statements (when we do)? For the case of metaphysical necessity the challenge promises to be particularly tough. On the one hand there are realists, such as Lewis [Lewis 1986], who put forward what we can call a mind-independent view. For them, possible worlds are concrete worlds just like this one. This gives a most robust metaphysics. However, these worlds are causally disjoint from ours, which prevents any physical interaction. The robust metaphysics brings with it a substantial obstacle to explaining the epistemology. On the other hand, broadly speaking mind-dependent views attempt to explain necessities in terms of facts about ourselves, such as what we are capable of conceiving. Examples of this...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jon Barton, « Peacocke’s Epiphany: A Possible Problem for Semantic Approaches to Metaphysical Necessity », Philosophia Scientiæ [En ligne], 16-2 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 03 septembre 2014. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/741 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.741

Haut de page

Auteur

Jon Barton

Department of Philosophy, King’s College London (United Kingdom)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page