Navigation – Plan du site
Modal Matters

A Two-Dimensional Semantics for Epistemic Modals

Dan Quattrone
p. 59-84

Résumés

Tout le monde ne sait pas que l’eau est du H2O. Supposons qu’Alice soit l’une de ces personnes. Alice dit : « Pour autant que je sache, l’eau pourrait ne pas être du H2O. » Intuitivement, il semble qu’Alice ait dit quelque chose de vrai. Autrement dit, il semble qu’il soit épistémiquement possible (pour Alice) que l’eau ne soit pas du H2O. Pourtant, les conceptions traditionnelles de la modalité en linguistique et en philosophie du langage prédisent que tout énoncé métaphysiquement impossible est également épistémiquement impossible (pour qui que ce soit). Or, il y a des arguments plausibles, venant de Kripke et d’autres, qui prétendent montrer qu’il est métaphysiquement impossible pour l’eau d’être quoi que ce soit d’autre que du H2O. Selon ces conceptions standards de la modalité, Alice a donc en fait dit quelque chose de faux. Ce résultat est hautement contre-intuitif. Je propose une nouvelle théorie de la modalité qui est capable de représenter ce que j’appelle des IMEPs : des impossibilités métaphysiques épistémiquement possibles. Des phrases comme : « L’eau pourrait ne pas être du H2O» et « Hesperus pourrait ne pas être Phosphorus » sont des exemples d’IMEPs, et d’autres peuvent être facilement trouves (y compris certains qui ne reposent pas sur des considérations kripkéennes touchant a la possibilité métaphysique). Ma théorie explique l’existence d’IMEPs tout en conservant la souplesse et la puissance explicative des conceptions standards.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

1 A motivational example
2 The problem with EPMIs
3 The metapropositional account
3.1 The formal machinery
3.1.1 The machinery in action
3.2 The metapropositional account in context
3.3 Basic content
4 Chalmers’s alternative
5 Conclusions

Aperçu du début du texte

This is highly counterintuitive. I offer a new account of modality that is capable of representing what I call EPMIs: epistemically possible metaphysical impossibilities. Sentences like: "Water might not be H2O" and "Hesperus might not be Phosphorus" are examples of EPMIs, and others can be readily found (including many that do not rely on Kripkean considerations about metaphysical possibility). My account explains the existence of EPMIs while retaining the versatility and explanatory power of the standard accounts.

1 A motivational example

Alice and Bob are talking about water. They know that water is the clear liquid typically found in lakes and rivers. They know that (pure) water is clear, tasteless, and odorless. However, when asked: "Is water H2O?," both of them reply "I don’t know." Alice says: "For all we know, water might be XYZ." Bob agrees. Given what Alice and Bob know, it seems like Alice has said something true. Alice’s statement is an example of an epistemic modal. On th...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dan Quattrone, « A Two-Dimensional Semantics for Epistemic Modals », Philosophia Scientiæ [En ligne], 16-2 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 25 avril 2014. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/737 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.737

Haut de page

Auteur

Dan Quattrone

Georgetown University (USA)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page