Navigation – Plan du site

De l’intersubjectivité à l’interinstrumentalité. L’exemple de la physique des surfaces

Catherine Allamel-Raffin
p. 3-30

Résumés

Notre visée, dans cet article, consiste à souligner que la prise en compte d’une stratégie couramment employée par les chercheurs au sein des sciences expérimentales, l’interinstrumentalité, permet de réduire l’impact des facteurs micro- et macrosociaux, privilégiés par les tenants du programme relativiste empirique de Harry Collins, lorsqu’il s’agit d’expliquer la clôture des débats sur la valeur à conférer aux données collectées. Deux études de cas, l’une portant sur l’histoire de l’invention du microscope à effet tunnel, l’autre sur une recherche déterminée au sein d’un laboratoire de physique des surfaces, nous permettent de préciser en quoi l’interinstrumentalité contribue à l’objectivité des résultats obtenus par les scientifiques, et en constitue une composante au même titre que l’intersubjectivité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Allamel-Raffin, « De l’intersubjectivité à l’interinstrumentalité. L’exemple de la physique des surfaces », Philosophia Scientiæ [En ligne], 9-1 | 2005, mis en ligne le 24 juin 2011, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/610 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.610

Haut de page

Auteur

Catherine Allamel-Raffin

Université Louis Pasteur, Strasbourg 1

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page