Navigation – Plan du site

Incommensurability and Dynamic Conceptual Structures

Hanne Andersen
p. 153-168

Résumés

Un problème important à propos de l’incommensurabilité est d’expliquer comment des théories qui sont incommensurables peuvent néanmoins entrer en compétition. Dans cet article, on examine brièvement le compte rendu kuhnien de la différence entre transitions conceptuelles révolutionnaires et non révolutionnaires. On argue que l’approche taxonomique kuhnienne et le principe de non-recouvrement qui le sous-tend ne suffisent pas à distinguer entre ces deux types de transition. On montre que cette approche s’appuie principalement sur des analyses de corrélations entre traits, alors qu’il est nécessaire de prendre de plus en considération les explications en vigueur de ces corrélations entre traits. Ceci met l’accent sur les théories, un élément qui n’a joué qu’un rôle modeste dans le travail que Kuhn a consacré aux lexiques scientifiques des années 1980 au début des années 1990. On argue que sur la base de ce compte rendu élargi des structures conceptuelles, l’incommensurabilité correspond à des corrélations qui d’un côté portent sur des traits présentant des recouvrements et de l’autre sont subsumées sous des explications différentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hanne Andersen, « Incommensurability and Dynamic Conceptual Structures », Philosophia Scientiæ [En ligne], 8-1 | 2004, mis en ligne le 23 juin 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/597 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.597

Haut de page

Auteur

Hanne Andersen

University of Copenhagen

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page