Navigation – Plan du site

Semantic Incommensurability and Empirical Comparability: The Case of Lorentz and Einstein

Martin Carrier
p. 73-94

Résumés

L’incommensurabilité sémantique est comprise comme la non-traduisibilité de concepts appartenant à différentes théories. L’objectif de l’article est de proposer une reconstruction rationnelle de la notion d’incommensurabilité qui sous-tend les écrits de Feyerabend et du dernier Kuhn. L’incommensurabilité, prétend-on, peut être reconstruite sur cette base en tant que notion cohérente, et des exemples pertinents peuvent en être donnés. L’impossibilité de la traduction entre concepts incommensurables provient de l’impossibilité de satisfaire conjointement deux conditions d’adéquation que la théorie contextuelle de la signification impose aux traductions. Les analogues conceptuels potentiels s’avèrent, soit ne pas préserver les conditions d’application, soit ne pas reproduire les relations inférentielles pertinentes. L’incommensurabilité est ainsi construite comme le résultat d’un type particulier de relations conceptuelles produit par l’incompatibilité des théories correspondantes. Ces relations conceptuelles sont suffisamment étroites pour rendre possible une comparaison empirique des assertions théoriques pertinentes. L’article s’efforce de rendre ces thèses plausibles en développant des exemples tirés de l’électrodynamique classique et de la relativité spéciale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Carrier, « Semantic Incommensurability and Empirical Comparability: The Case of Lorentz and Einstein », Philosophia Scientiæ [En ligne], 8-1 | 2004, mis en ligne le 23 juin 2011, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/590 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.590

Haut de page

Auteur

Martin Carrier

University of Bielefeld

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page