Navigation – Plan du site

Quine l’extensionaliste. Entre naturalisme et esthétisme

Fabien Schang
p. 279-293

Résumé

La position résolument extensionaliste de Quine a été appuyée par des arguments de nature différente, dans ses multiples articles destinés à rejeter le projet de logique modale. On peut classer ces arguments en trois catégories : un argument naturaliste, où l’auteur tente de baser le langage scientifique sur une notation tâchée de décrire la “structure ultime de la réalité” ; un argument esthétique, où Quine fait allusion à des raisons de clarté et d’efficacité démonstrative pour privilégier la théorie des fonctions de vérité ; un argument pratique, dans la mesure où Quine défend la logique classique sur la base du “principe de mutilation minimum”. A travers une étude de ses écrits relatifs aux attitudes propositionnelles, nous montrerons que la philosophie de la logique de Quine a prolongé la partie épistémologique de son oeuvre, optant finalement pour une stratégie de réduction naturaliste des intensions, à l’image du mouvement engagé par Word and Object et prolongé par From Stimulus to Science. Ce projet se soldera par un échec relatif, et Quine résumera cette désillusion par un fossé entre les structures du langage et du monde : la thèse du “monisme anomal” de Davidson sera le dernier mot, amer, du défenseur acharné de la logique classique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Schang, « Quine l’extensionaliste. Entre naturalisme et esthétisme », Philosophia Scientiæ [En ligne], 9-2 | 2005, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/546 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.546

Haut de page

Auteur

Fabien Schang

Archives Poincaré, Université Nancy 2 (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page