Navigation – Plan du site
Varia

Effets moraux de l’accélération de l’histoire

The Moral Effects of the Acceleration of History
Jules Vuillemin
p. 149-161

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

I
II

Aperçu du début du texte

[1] Les paléontologues constatent que, mesuré en genres, le taux d’évolution de nos ancêtres et collatéraux directs a été exceptionnellement rapide. En 160 millions d’années, on compte seulement huit genres d’ammonites. Il faut encore 60 millions d’années pour huit genres de chevaux, mais il n’en faut plus que 12 millions pour quatre genres d’hominoïdes et un seul, le dernier, pour trois genres d’hominidés. Pour expliquer une telle accélération, on suppose que la sélection a dû agir sur un nouveau type d’environnement : l’environnement culturel. Naturellement, quand on fait le tableau de l’histoire humaine, cette supposition, qui lui est empruntée, prend la consistance d’un fait. Passez en revue, par exemple, depuis l’apparition du langage parlé, les moyens de communication nouveaux : écriture sur pierre et manuscrits, imprimerie, journaux, téléphone, télégraphie sans fil, radio, télévision, télévision en couleur. Les inventions se pressent avec le temps. Surtout, l’accélération mêm...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jules Vuillemin, « Effets moraux de l’accélération de l’histoire », Philosophia Scientiæ [En ligne], 21-2 | 2017, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1283 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1283

Haut de page

Auteur

Jules Vuillemin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page