Skip to navigation – Site map
Raymond Ruyer

L’intériorité n’est-elle qu’un mythe ?

Jean-Pierre Louis
p. 123-138

Abstracts

The critique of Cartesian dualism, that is to say the myth of interiority, was carried out from two philosophical positions. The first sought to reduce the mental state to the neuronal state defined by its neurological properties, while the other, Wittgenstein’s, attempted to eliminate the mystery of the relations between thought and brain. For this, there was a grammatical criticism of language. The notion of absolute overflight, a central notion of Ruyer’s philosophy, makes it possible to develop a non-materialistic concept of the identity between the cerebral and the mental states. Moreover, this conception shows that the interiority of the mental state cannot be reduced to a category-mistake [Ryle 1949]. This thesis of the identity of consciousness and the body requires a radically new perspective to be developed to conceive an “extended” consciousness.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

Outline

1 Ruyer et la solution au problème de la conscience selon Dennett
2 Ruyer face à la tentation d’un retour à l’épiphénoménisme
3 Ruyer face à la solution grammaticale de Wittgenstein

Text / first lines

La critique du dualisme cartésien au xxe siècle a été conduite principalement à partir de deux positions : d’une part le réductionnisme physicaliste identifiant un état de conscience à un état cérébral connaissable à partir de ses propriétés physiques et chimiques et, d’autre part, la critique wittgensteinienne voyant dans le dualisme spiritualiste le résultat d’une erreur grammaticale conduisant au mythe de l’intériorité, c’est-à-dire à la croyance que nous avons un accès privilégié à nos propres états mentaux inaccessibles à une observation à la troisième personne, contrairement à nos comportements qui sont publics.

Le rejet du dualisme cartésien n’offre-t-il pas d’autre alternative ? Nous faut-il choisir entre un monisme matérialiste aux conséquences difficilement acceptables et une critique grammaticale qui voit dans la question des relations entre le cerveau et la conscience l’exemple type d’un problème voué à disparaître par une utilisation correcte du langage ?

Si l’on considè...

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Pierre Louis, « L’intériorité n’est-elle qu’un mythe ? », Philosophia Scientiæ [Online], 21-2 | 2017, Online since 25 May 2019, connection on 26 September 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1277 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1277

Top of page

About the author

Jean-Pierre Louis

Nancy (France)

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page