Navigation – Plan du site
Raymond Ruyer

L’intériorité n’est-elle qu’un mythe ?

Jean-Pierre Louis
p. 123-138

Résumés

La critique du dualisme cartésien, c’est-à-dire du mythe de l’intériorité, a été menée à partir de deux positions philosophiques. La première cherche à réduire l’état mental à l’état neuronal défini par ses propriétés neurologiques et l’autre, celle de Wittgenstein, tente de faire disparaître le mystère des relations entre la pensée et le cerveau par une critique grammaticale du langage. La notion de survol absolu, notion centrale de la philosophie de Ruyer, permet de développer une conception non matérialiste de l’identité entre état cérébral et état mental. De plus, cette conception montre que l’intériorité de l’état mental ne saurait être réduite à une erreur de catégorie. Mais cette thèse de l’identité de la conscience et du corps nécessite de développer une perspective radicalement nouvelle permettant de concevoir une conscience « étendue ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1 Ruyer et la solution au problème de la conscience selon Dennett
2 Ruyer face à la tentation d’un retour à l’épiphénoménisme
3 Ruyer face à la solution grammaticale de Wittgenstein

Aperçu du début du texte

La critique du dualisme cartésien au xxe siècle a été conduite principalement à partir de deux positions : d’une part le réductionnisme physicaliste identifiant un état de conscience à un état cérébral connaissable à partir de ses propriétés physiques et chimiques et, d’autre part, la critique wittgensteinienne voyant dans le dualisme spiritualiste le résultat d’une erreur grammaticale conduisant au mythe de l’intériorité, c’est-à-dire à la croyance que nous avons un accès privilégié à nos propres états mentaux inaccessibles à une observation à la troisième personne, contrairement à nos comportements qui sont publics.

Le rejet du dualisme cartésien n’offre-t-il pas d’autre alternative ? Nous faut-il choisir entre un monisme matérialiste aux conséquences difficilement acceptables et une critique grammaticale qui voit dans la question des relations entre le cerveau et la conscience l’exemple type d’un problème voué à disparaître par une utilisation correcte du langage ?

Si l’on considè...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Louis, « L’intériorité n’est-elle qu’un mythe ? », Philosophia Scientiæ [En ligne], 21-2 | 2017, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1277 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1277

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Louis

Nancy (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page