Navigation – Plan du site
Raymond Ruyer

Ruyer et Wittgenstein : la philosophie comme traduction ou bien comme grammaire

Ruyer and Wittgenstein: Philosophy as a Translation or even as a Grammar
Fabrice Louis
p. 99-121

Résumés

Ce texte a pour but de mettre en confrontation la conception ruyérienne de la philosophie avec la conception wittgensteinienne. L’opposition majeure consiste dans l’idée défendue par Ruyer selon laquelle on ne saurait concevoir ce qu’est l’esprit sans définir un domaine, intérieur au sujet, qu’on peut identifier avec sa subjectivité. Une telle idée est comprise par Ryle comme un mythe, celui de l’intériorité. Il y a en revanche une volonté commune (mais bien différente) à Ruyer et Wittgenstein de s’émanciper de la science. Deux thèmes permettent alors de comparer les objectifs de Ruyer et ceux des philosophes wittgensteiniens : le thème des mythes en philosophie et celui de la traduction.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1 Le problème des mythes en philosophie et la philosophie comme traduction
2 De l’utilité du mythe en philosophie chez Ruyer
3 Qu’en est-il du « mythe de l’intériorité » ?
4 L’erreur épistémologique et la conception ontologique de l’esprit à l’origine de l’erreur
5 Du mythe cartésien au mythe ruyérien : élaboration d’une grammaire pour parler de l’existence de quelque chose qui n’est pas un objet
6 Grammaire de « l’étendue sensible »
7 Grammaire « des liaisons »
8 Conclusion

Aperçu du début du texte

Ce texte a pour but de mettre en confrontation la conception ruyérienne de la philosophie avec la conception wittgensteinienne. L’idée est de montrer qu’on ne peut pas opposer leurs conceptions du mental sans tenir compte de cet arrière-plan. L’opposition majeure consiste dans l’idée défendue par Ruyer selon laquelle on ne saurait concevoir ce qu’est l’esprit sans définir un domaine, intérieur au sujet, qu’on peut identifier avec sa subjectivité. Une telle idée est comprise comme un mythe, celui de l’intériorité [Bouveresse 1987]. Deux thèmes permettent alors de comparer les objectifs de Ruyer et ceux de philosophes wittgensteiniens : le thème des mythes en philosophie et celui de la traduction. Ces objectifs trouvent leur sens dans une volonté présente (mais bien différente) chez les deux philosophes de s’émanciper de la science.

Cette volonté conduit l’auteur des Recherches philosophiques à introduire une analyse philosophique de type grammatical pour « clarifier un usage linguist...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Louis, « Ruyer et Wittgenstein : la philosophie comme traduction ou bien comme grammaire », Philosophia Scientiæ [En ligne], 21-2 | 2017, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1276 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1276

Haut de page

Auteur

Fabrice Louis

Département de Philosophie – Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie, Archives Henri-Poincaré, Université de Lorraine, CNRS, Nancy (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page