Navigation – Plan du site
Raymond Ruyer

Enjeux métaphysiques de la morphogenèse : l’embryologie de Ruyer et la biologie du développement

The Metaphysical Challenge of Morphogenesis: Ruyer’s Embryology and Modern Developmental Biology
Bertrand Vaillant
p. 79-97

Résumés

La biologie occupe une place centrale dans la philosophie de Raymond Ruyer. Nous nous intéressons dans cet article à certains faits biologiques, considérés par Ruyer comme ayant une portée métaphysique essentielle. Nous nous demanderons si les récentes évolutions de la biologie du développement ont pu invalider ses thèses concernant la morphogenèse, c’est-à-dire l’apparition d’une nouvelle forme dans le développement embryonnaire, et particulièrement son rejet des explications mécanistes. Nous étudierons trois ensembles de faits sur lesquels Ruyer appuie sa philosophie du développement : le rejet du mécanisme et l’importance des facteurs non-génétiques dans l’embryogenèse, la coordination spatiale du développement et notamment de la différenciation cellulaire, et la nécessité de faire appel à une forme de causalité descendante allant de l’organisme au génome. À travers cette étude, si nous ne pouvons prétendre statuer définitivement sur la solution ruyérienne, nous avons toutefois cherché à mettre en évidence la persistance d’importants débats philosophiques autour du problème de la morphogenèse et la fécondité d’une étude de la philosophie de Ruyer pour les aborder.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 Contre le matérialisme mécaniste
La morphogenèse comme invention non causale
Un certain matérialisme
Préformation ou épigenèse, un débat dépassé ?
Des critiques justifiées
3 Un développement (trop) bien coordonné
L’information positionnelle
Le champ morphogénétique
L’embryon comme conscience primaire
4 L’enchevêtrement causal
Un orchestre sans chef
La causalité descendante
Le poids de la structure
Spécificité du vivant
5 Conclusion : dans les marécages métaphysiques

Aperçu du début du texte

1 Introduction

Le monisme de Ruyer poursuit une visée paradoxale : il cherche à la fois à retourner le matérialisme en un panpsychisme, et à montrer que celui-ci rend mieux compte des résultats de la science physique et biologique que le matérialisme lui-même – pourtant adopté par l’immense majorité des scientifiques. Pour lui, ce n’est qu’au prix de beaucoup d’aveuglement et de mauvaise foi que l’on peut donner des découvertes scientifiques du xxe siècle une interprétation matérialiste stricte, c’est-à-dire mécaniste. Comprendre le véritable sens de la mécanique quantique ou de l’embryologie expérimentale nécessite selon lui d’accorder le primat ontologique à la conscience, conçue comme individualité vraie, la matière et les phénomènes physiques n’étant que des « phénomènes de foule » concernant les agrégats de ces individualités. Ruyer traque donc avec acuité toutes les manifestations de cette mauvaise foi pour en montrer le caractère à la fois dogmatique et inconsistant. Cette dém...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Vaillant, « Enjeux métaphysiques de la morphogenèse : l’embryologie de Ruyer et la biologie du développement », Philosophia Scientiæ [En ligne], 21-2 | 2017, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1274 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1274

Haut de page

Auteur

Bertrand Vaillant

Université Paris 1 (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page