Navigation – Plan du site
Raymond Ruyer

Ruyer lecteur de Bachelard : réunifier l’image du monde

Ruyer Reading Bachelard: Re-Unifying the Image of the World
Fabrice Colonna
p. 65-77

Résumés

Ruyer et Bachelard ont en commun de concevoir le travail de la philosophie comme essentiellement lié à la science. Toutefois, alors que Bachelard s’en tient à des positions épistémologiques, Ruyer entend tirer des conclusions métaphysiques des résultats de la physique contemporaine. Il expose ses vues à l’occasion de deux comptes rendus qu’il fait des écrits de Bachelard. Selon Ruyer, les activités structurantes originales qui caractérisent les atomes et les molécules autorisent à les comparer aux êtres biologiques des étages supérieurs et à défendre une vision panpsychiste du réel. L’imagination métaphysique peut alors proposer ce que Ruyer appelle une « lecture du monde » qui en donne une vision unifiée et intensifiée. Les deux directions opposées de l’œuvre de Bachelard, le concept et l’image, ont ainsi la possibilité d’être réconciliées.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Rien n’a tant importé pour des philosophes comme Ruyer et Bachelard que le nouage de la philosophie et de la science. Derrière ce constat d’évidence, qui dessine immédiatement leur communauté d’esprit, il faut saisir aussi une indication sur leur manière de concevoir le travail philosophique. Comment travaillent les philosophes ? Des penseurs comme Bachelard et Ruyer ne donnent pas du tout à cette question la même réponse que celle que fournirait un phénoménologue par exemple. Le labeur philosophique consiste en effet, pour nos deux auteurs, à étudier les publications des savants. Philosopher, c’est d’abord se mettre à l’école de la science, c’est donc concrètement lire des traités et des articles scientifiques. Homme du livre, Bachelard nous invite à prêter attention « à l’être du livre, au bibliomène » [Bachelard 1951, 6] : le livre de science est en perpétuelle réécriture, il recueille un savoir collectif toujours amélioré et il ne cesse, au gré de ses rééditions, de cristalliser...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Colonna, « Ruyer lecteur de Bachelard : réunifier l’image du monde », Philosophia Scientiæ [En ligne], 21-2 | 2017, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1273 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1273

Haut de page

Auteur

Fabrice Colonna

Nanterre, Académie de Versailles (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page