Navigation – Plan du site
Raymond Ruyer

Comment Ruyer est devenu Ruyer. Entre épistémologie et psycho-biologie

Frédéric Fruteau de Laclos
p. 47-64

Résumés

La guerre et la captivité, en mettant Raymond Ruyer en relation avec des biologistes, ont donné à ce philosophe parti du mécanisme et de la théorie de la relativité l’occasion d’accéder au matériau scientifique dont il avait besoin pour élaborer sa « psycho-biologie ». Mais les thèses les plus fortes de Néo-finalisme sont le résultat d’une évolution lente entamée dès la fin de sa thèse de doctorat. Parti de positions nettement actualistes, Ruyer a commencé à soupçonner la nécessité d’une profondeur virtuelle de la vie au milieu des années 1930, et il a atteint le point de bascule dans l’épaisseur du sens et de la signification dans les ultimes publications précédant la seconde guerre mondiale. Il lui est alors apparu qu’il devait admettre, par-delà la sécheresse de la structuration causale du proche en proche, une doublure psycho-biologique susceptible d’animer la moindre étendue de matière.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1 Actualités de la conscience
1.1 Le sens des structures dans l’Esquisse de 1930
1.2 La conscience des structures dans l’opuscule de 1937
1.3 Toute conscience n’est pas conscience de phénoménologue
2 Virtualités de la vie
2.1 Les schémas du vital
2.2 Les visions du virtuel
2.3 La métaphysique néo-finaliste en creux

Aperçu du début du texte

Raymond Ruyer rédigea trois ouvrages alors qu’il était prisonnier des Allemands pendant la seconde guerre mondiale, Le Psychisme et la Vie, un petit texte sur les valeurs, enfin un « traité de métaphysique » qui sera publié en 1952 sous le titre Néo-finalisme [Ellenberger 1995, 329-332]. Ces trois textes sont liés. Le premier et le dernier, en particulier, représentent deux branches issues d’un même tronc, à moins qu’il ne faille dire que l’un enfonce les racines à partir duquel peut s’élancer la ramure de l’autre : Néo-finalisme [Ruyer 1952] est la première systématisation spéculative de l’analyse des relations du psychologique et du vital proposée par les Éléments de psycho-biologie. Le livre expose la métaphysique de la philosophie scientifique soutenue par Ruyer dès lors qu’il a mis au centre de son propos la question de la vie, opérant ainsi ce qu’on pourrait appeler son « tournant biologique ».

On sait que le camp d’officiers français, l’Oflag XVII A, dans lequel Ruyer demeura ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Fruteau de Laclos, « Comment Ruyer est devenu Ruyer. Entre épistémologie et psycho-biologie », Philosophia Scientiæ [En ligne], 21-2 | 2017, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1271 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1271

Haut de page

Auteur

Frédéric Fruteau de Laclos

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page