Skip to navigation – Site map
Raymond Ruyer

Comment Ruyer est-il entré dans la « grande voie naturelle de la philosophie » ?

How Did Ruyer Find the “Great Natural Way of Philosophy”?
Benjamin Berger
p. 29-46

Abstracts

There is an obvious gap between Ruyer’s early “pan-mechanism”, developed in the Esquisse d’une philosophie de la structure (1930), and the panpsychism one finds in his mature work. We will see that working within the field of the former gave Ruyer the occasion to find what he identified to be the “great natural way of philosophy”. This consists of searching in humans the trace of the mode of being common to all the psycho-biological individualities. Ruyer’s affiliation to this “great way” has never failed, which means that one can say his early “pan-mechanism”, which Ruyer quickly abandoned, was fruitful, at least from a methodological point of view.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

Outline

1 Du « panmécanisme » au panpsychisme
2 L’ontologie transitoire (1932-1935)
3 Ruyer dans « la grande voie naturelle de la philosophie »

Text / first lines

1 Du « panmécanisme » au panpsychisme

En 1930, dans l’Esquisse d’une philosophie de la structure [Ruyer 1930], Ruyer élabore une ontologie mécaniste aux visées hégémoniques : tout doit pouvoir être expliqué en termes de structures mécaniques, y compris l’acte d’expliquer [Ruyer 1930, 211]. Connaître, c’est vivre un certain système de liaisons organiques, être celui qui caractérise notre cerveau et son rapport à l’extériorité. Les liaisons mécaniques grâce auxquelles fonctionne notre cerveau l’incluent dans le régime ontologique commun à l’ensemble des formes comprises dans l’espace-temps. Nos idées sont à notre cerveau ce que les feuilles sont aux arbres [Ruyer 1932-1933, 147]. Pareil rapprochement, s’il évoque la dendrolâtrie de Ruyer [Vax & Wunenberger 1995, 331], illustre d’abord un projet : abolir le partage ontologique de la matière et de l’esprit au profit du monisme mécaniste. C’est dans cette perspective, située aux antipodes de l’idéalisme et de l’humanisme, que Ruyer peut é...

Top of page

References

Electronic reference

Benjamin Berger, « Comment Ruyer est-il entré dans la « grande voie naturelle de la philosophie » ? », Philosophia Scientiæ [Online], 21-2 | 2017, Online since 25 May 2019, connection on 20 November 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1269 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1269

Top of page

About the author

Benjamin Berger

Institut Saint-Pierre, Brunoy (France)

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page