Navigation – Plan du site
Raymond Ruyer

Comment Ruyer est-il entré dans la « grande voie naturelle de la philosophie » ?

How Did Ruyer Find the “Great Natural Way of Philosophy”?
Benjamin Berger
p. 29-46

Résumés

Chez Ruyer, il y a une rupture flagrante entre le « panmécanisme » des débuts, élaboré dans l’Esquisse d’une philosophie de la structure (1930), et le panpsychisme de la maturité. Nous verrons que son inscription dans le premier lui donna l’occasion d’entrer dans ce qu’il repère comme étant la « grande voie naturelle de la philosophie ». Celle-ci consiste à chercher, en l’homme, la trace du mode d’être commun à l’ensemble des individualités psycho-biologiques. L’appartenance de Ruyer à cette « grande voie » ne s’est jamais démentie, de sorte que l’on peut dire du « panmécanisme » de départ, que Ruyer a rapidement abandonné, qu’il fut fécond au moins d’un point de vue méthodologique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1 Du « panmécanisme » au panpsychisme
2 L’ontologie transitoire (1932-1935)
3 Ruyer dans « la grande voie naturelle de la philosophie »

Aperçu du début du texte

1 Du « panmécanisme » au panpsychisme

En 1930, dans l’Esquisse d’une philosophie de la structure [Ruyer 1930], Ruyer élabore une ontologie mécaniste aux visées hégémoniques : tout doit pouvoir être expliqué en termes de structures mécaniques, y compris l’acte d’expliquer [Ruyer 1930, 211]. Connaître, c’est vivre un certain système de liaisons organiques, être celui qui caractérise notre cerveau et son rapport à l’extériorité. Les liaisons mécaniques grâce auxquelles fonctionne notre cerveau l’incluent dans le régime ontologique commun à l’ensemble des formes comprises dans l’espace-temps. Nos idées sont à notre cerveau ce que les feuilles sont aux arbres [Ruyer 1932-1933, 147]. Pareil rapprochement, s’il évoque la dendrolâtrie de Ruyer [Vax & Wunenberger 1995, 331], illustre d’abord un projet : abolir le partage ontologique de la matière et de l’esprit au profit du monisme mécaniste. C’est dans cette perspective, située aux antipodes de l’idéalisme et de l’humanisme, que Ruyer peut é...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Berger, « Comment Ruyer est-il entré dans la « grande voie naturelle de la philosophie » ? », Philosophia Scientiæ [En ligne], 21-2 | 2017, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1269 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1269

Haut de page

Auteur

Benjamin Berger

Institut Saint-Pierre, Brunoy (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page