Skip to navigation – Site map
Raymond Ruyer

La finalité-harmonie

André Conrad
p. 11-27

Abstracts

Ruyer demonstrates that a harmony-finality [finalité-harmonie] is at work in the formation of physical beings. This finality contradicts mechanisms, and distinguishes itself from the intention-finality [finalité-intention], which is only a way of speaking about finality. The latter is secondary and depends on an illusion of a subject of activity, which is set in front of it. This illusion is inevitable for the pragmatic reason that the activity is staged [mise en scène]. Against Hume, Ruyer shows that beings are indeed organizing, but insofar as they are subjectivities—constantly active “absolute domains” that take form according to types, essences or themes, in accordance with a harmonious dynamism, analogous to the formation of a musical improvisation or the creation of a painting.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

Outline

1 Le paradoxe du physicien (non aristotélicien, évidemment)
2 La mise en scène
3 Ruyer et Hume
4 La distanciation
5 Conclusion

Text / first lines

Ruyer a distingué une « finalité-harmonie » d’une « finalité-intention » afin de refuser une alternative, celle qui ne laisse comme seul choix pour expliquer l’origine de l’ordre naturel que de se prononcer soit pour l’argument du dessein, soit pour la fécondité du hasard. Il a parfois formulé cette alternative comme un choix entre un mythe et une absurdité, auquel cas il faudrait préférer le mythe. L’absurdité consiste à croire le hasard fécond alors qu’il ne vaut que capté par une conscience. Le mythe consiste à séparer l’intention de l’activité, à en faire un précédent de l’activité organisatrice, en la concevant comme idée conçue par un sujet, idée comprise elle-même comme moyen en vue d’un but, ce qui n’est qu’une vue artificialiste de l’activité finaliste. Vue mythologique qui est la finalité « parlée », c’est-à-dire la finalité qui s’explique à elle-même, et substantialise par là les éléments de son analyse : le sujet, l’idée, le but, l’organisation. Autrement dit, soit la ma...

Top of page

References

Electronic reference

André Conrad, « La finalité-harmonie », Philosophia Scientiæ [Online], 21-2 | 2017, Online since 25 May 2019, connection on 22 September 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1267 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1267

Top of page

About the author

André Conrad

Nancy (France)

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page