Navigation – Plan du site
Raymond Ruyer

La finalité-harmonie

André Conrad
p. 11-27

Résumés

Ruyer démontre qu’une finalité-harmonie œuvre dans la formation des êtres physiques. Cette finalité contredit le mécanisme, et se distingue de la finalité-intention qui est la finalité parlée. Cette dernière est seconde et dépend d’une illusion d’un sujet de l’activité, posé devant celle-ci, illusion inévitable pour la raison pragmatique d’une mise en scène de l’activité. Contre Hume, Ruyer montre que les êtres s’organisent en effet, mais en tant qu’ils sont des subjectivités, des « domaines absolus » constamment actifs, prenant forme selon des types, des essences ou des thèmes, selon un dynamisme harmonique dont l’analogue est donné dans la formation d’une improvisation musicale ou dans la création d’un tableau.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1 Le paradoxe du physicien (non aristotélicien, évidemment)
2 La mise en scène
3 Ruyer et Hume
4 La distanciation
5 Conclusion

Aperçu du début du texte

Ruyer a distingué une « finalité-harmonie » d’une « finalité-intention » afin de refuser une alternative, celle qui ne laisse comme seul choix pour expliquer l’origine de l’ordre naturel que de se prononcer soit pour l’argument du dessein, soit pour la fécondité du hasard. Il a parfois formulé cette alternative comme un choix entre un mythe et une absurdité, auquel cas il faudrait préférer le mythe. L’absurdité consiste à croire le hasard fécond alors qu’il ne vaut que capté par une conscience. Le mythe consiste à séparer l’intention de l’activité, à en faire un précédent de l’activité organisatrice, en la concevant comme idée conçue par un sujet, idée comprise elle-même comme moyen en vue d’un but, ce qui n’est qu’une vue artificialiste de l’activité finaliste. Vue mythologique qui est la finalité « parlée », c’est-à-dire la finalité qui s’explique à elle-même, et substantialise par là les éléments de son analyse : le sujet, l’idée, le but, l’organisation. Autrement dit, soit la ma...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Conrad, « La finalité-harmonie », Philosophia Scientiæ [En ligne], 21-2 | 2017, mis en ligne le 25 mai 2019, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1267 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1267

Haut de page

Auteur

André Conrad

Nancy (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page