Navigation – Plan du site

Rawls, « un sceptique amateur de tranquillité » ? Réponse à Jules Vuillemin

Rawls, “A Sceptic Who Loved Tranquillity”? A Reply to Jules Vuillemin
Joseph Vidal-Rosset
p. 109-123

Résumés

Vuillemin a écrit un article concis sur la Théorie de la justice de Rawls où son propos se concentre uniquement sur la justice comme convention, c’est-à-dire sur le contrat qui définit une société juste selon Rawls. Après avoir analysé la nature du « contrat explicite » puis celle du « contrat implicite » dans cette théorie, Vuillemin critique la définition de la justice que donne Rawls et soutient que celui-ci « s’est trompé d’ancêtres » en considérant que sa philosophie politique est dans la filiation de la morale kantienne alors qu’elle est, selon Vuillemin, l’expression d’un scepticisme comparable à celui de Carnéade. On réfute dans cet article l’interprétation que Vuillemin donne de la théorie de Rawls en montrant que celle-ci est fondée sur une lecture à la fois partielle et partiale de la Théorie de la Justice.

Haut de page

Dédicace

À Henri Astier

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 Le contrat de justice selon Rawls
2 Systèmes de l’examen : intuitionnisme et scepticisme
3 Les critiques de Vuillemin
3.1 Une théorie instable et irréaliste
3.2 Le principe de différence pourrait être justifié par l’envie
3.3 Selon Vuillemin, ce n’est pas Kant mais Carnéade qui est le père spirituel de Rawls
4 Réponses aux objections de Vuillemin
5 Conclusion : pourquoi Vuillemin fait erreur sur la signification philosophique de la théorie de Rawls

Aperçu du début du texte

1 Le contrat de justice selon Rawls

Vuillemin résume le contrat de justice de Rawls en affirmant qu’il est fondé sur quatre prémisses, la première étant de fait, les autres étant des principes rationnels [Vuillemin 1987], [Rawls 1997].

1. La prémisse factuelle est définie par un ensemble de trois affirmations :

1.1 Une répartition des richesses inégale stimule l’accroissement de la richesse globale et donc permet d’élever les revenus inférieurs.

1.2 Toutes les classes sociales ont intérêt à l’accroissement ou au maintien de la richesse globale.

1.3 Les pesanteurs sociologiques assujettissent habituellement les individus aux classes dans lesquelles ils se trouvent.

2. Le principe de rationalité est le premier principe rationnel. Il ordonne de maximiser l’espérance de gain et de minimiser les risques.

3. Le principe de différence est le second principe rationnel. Il est présenté par Vuillemin de la façon suivante :

On peut regarder le [...] principe de différence, comme un principe ex s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Vidal-Rosset, « Rawls, « un sceptique amateur de tranquillité » ? Réponse à Jules Vuillemin », Philosophia Scientiæ [En ligne], 20-3 | 2016, mis en ligne le 09 novembre 2019, consulté le 30 mai 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1220 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1220

Haut de page

Auteur

Joseph Vidal-Rosset

Département de Philosophie – Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie, Archives H.-Poincaré, Université de Lorraine, CNRS, Nancy (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page