Navigation – Plan du site

Jules Vuillemin et le scepticisme utilitaire de Carnéade

Jules Vuillemin and the Utilitarianist Scepticism of Carneades
Stéphane Marchand
p. 49-69

Résumés

Dans son article de 1985, « Une morale est-elle compatible avec le scepticisme ? », Jules Vuillemin brosse un portrait du philosophe néo-académicien Carnéade en sceptique utilitariste. L’article s’attache à analyser cette lecture en confrontant l’interprétation de Jules Vuillemin avec les sources que nous avons de Carnéade. Il montre que malgré l’anachronisme assumé de son approche, cette interprétation permet de faire apparaître la particularité du scepticisme de Carnéade, notamment la nature rationnelle de la règle d’action selon le probable, grâce à une comparaison avec les théories de la décision.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 Les quatre degrés du scepticisme
2 Carnéade et le critère du probable
3 Scepticisme et liberté
4 Un utilitarisme sans fin ?
5 Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans son article de 1985 « Une morale est-elle compatible avec le scepticisme ? » Jules Vuillemin brosse un portrait du philosophe néo-académicien Carnéade (214-129 av. J.-C.) en sceptique utilitariste [Vuillemin 1985, section III, 35-43, pour l'analyse de Carnéade]. Ce portrait donne l’occasion de revenir sur cette figure intrigante de l’histoire de la pensée antique en même temps que de s’arrêter sur la façon si particulière que Jules Vuillemin a de faire l’histoire de la philosophie. Car, que s’agit-il de comprendre par cette histoire ? Des textes ou des principes philosophiques ? En choisissant l’étude de l’architectonique des systèmes de pensée, Jules Vuillemin opte clairement pour la seconde possibilité. On peut certainement discuter ce choix, mais en ce qui concerne la tradition sceptique il a une certaine pertinence. Certes, par certains aspects, les principes de lecture adoptés par Jules Vuillemin relèvent, comme on le verra, d’une logique que les sceptiques pourraient qual...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Marchand, « Jules Vuillemin et le scepticisme utilitaire de Carnéade », Philosophia Scientiæ [En ligne], 20-3 | 2016, mis en ligne le 09 novembre 2019, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1218 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1218

Haut de page

Auteur

Stéphane Marchand

ENS de Lyon, IHRIM UMR 5317 (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page