Navigation – Plan du site

Jules Vuillemin, le pyrrhonisme et Carnéade

Jules Vuillemin, Pyrrhonism and Carneades
Carlos Lévy
p. 71-90

Résumés

Dans cet article j’examine la situation de la Nouvelle Académie dans la classification du scepticisme élaborée par Jules Vuillemin. Celui-ci, dans une étude intitulée « Une morale est-elle compatible avec le scepticisme ? », a distingué quatre types de scepticisme : le scepticisme radical, celui de Pyrrhon ; le scepticisme esthète ou raffiné, celui d’Aristippe ; le probabilisme individuel, celui de Carnéade ; et le probabilisme démocratique, celui de Hume. Or cette classification présente de multiples difficultés. Est-il légitime de faire usage à propos de la Nouvelle Académie du concept de « scepticisme » qui la définit beaucoup plus par rapport au néopyrrhonisme d’Enésidème et de Sextus Empiricus que par rapport à ses racines platoniciennes ? Comment ignorer le fait que les arguments de Carnéade n’étaient pas formulés propria persona, mais dans un processus dialectique anti-stoïcien ? Et que dire de tous les textes qui, notamment sur la question du plaisir, ne correspondent pas à son analyse ? Et pour terminer, le fait que Villemin cite pour l’essentiel le témoignage cicéronien, pose le problème des différences sémantiques entre le latin et le grec.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Ce court article n’a pas la prétention d’embrasser tous les aspects de la pensée de Jules Vuillemin sur le scepticisme. Son but est d’exprimer les interrogations que suscitent chez un historien de la philosophie, philologue et latiniste de surcroît, des affirmations qui lui semblent faire passer le travail sur le concept par-dessus la prise en compte de données historiques et textuelles. Le concept de scepticisme a, chez Jules Vuillemin, quelque chose d’une idée platonicienne. Il subsume des manifestations dans lesquelles on peut le retrouver avec des dégradations plus ou moins grandes. Le scepticisme est un, les scepticismes sont multiples, mais, dans cette perspective, ils ne peuvent être compris que par référence à ce qui unifie leur diversité. On sait que, dans l’article consacré à la question : « Une morale est-elle compatible avec le scepticisme ? » [Vuillemin 1985] quatre attitudes sceptiques sont envisagées : le scepticisme radical, celui de Pyrrhon ; le scepticisme esthète ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carlos Lévy, « Jules Vuillemin, le pyrrhonisme et Carnéade », Philosophia Scientiæ [En ligne], 20-3 | 2016, mis en ligne le 09 novembre 2019, consulté le 23 avril 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1216 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1216

Haut de page

Auteur

Carlos Lévy

Université de Paris-Sorbonne (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page