Navigation – Plan du site
Varia

Sur la classification des systèmes philosophiques et la logique

Logic and the Classification of Philosophical Systems
Gabriella Crocco
p. 127-148

Résumés

La classification des systèmes philosophiques de Jules Vuillemin fonde les relations entre science et philosophie en éliminant la possibilité d’une philosophie scientifique. Elle éclaire la pratique de la philosophie, en explicitant les choix possibles tout en rejetant le relativisme. Elle se fonde sur ce que Vuillemin appelle une sémiologie générale, qui convoque toutefois l’analyse logique. L’article propose une ébauche d’analyse structurale de la déduction permettant de fonder la classification sur des moyens exclusivement logiques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 Le rôle de la classification
1.1 Vérité formelle et vérité matérielle d’un système philosophique
1.2 La solution de Vuillemin : la classification des systèmes comme outil régulateur
1.3 Les postulats de la solution de Vuillemin : sémiologie et vérité
1.4 Difficultés de la classification des formes de la prédication
2 Les conditions d’une mise à l’épreuve de la classification dans le royaume de la logique
2.1 Les difficultés de la neutralité et de l’expressivité : connecteurs et axiomatique
2.2 Une solution : le système de séquents
2.3 À quelles conditions la logique pourrait-elle rendre une classification possible ?
3 Tentative d’une classification logique
3.1 La notion de règle contextuelle et le principe de variation
3.1.1 Règle contextuelle
3.1.2 Règles contextuelles déductives
3.1.3 Règles contextuelles extra-déductives
3.1.4 Règle logique contextuelle
3.2 La combinatoire
4 Conclusion

Aperçu du début du texte

1 Le rôle de la classification

1.1 Vérité formelle et vérité matérielle d’un système philosophique

Dans son article « Temps historique et temps logique dans l’interprétation des systèmes philosophiques » [Goldschmidt 1970b], Victor Goldschmidt distingue vérité formelle et vérité matérielle d’un système philosophique. La méthode dogmatique (c’est-à-dire la méthode structurale opposée à la méthode génétique en histoire de la philosophie) « accepte, sous bénéfice d’inventaire, la prétention des dogmes [philosophiques] à être vrais ». Elle est par là éminemment philosophique car « elle aborde une doctrine conformément à l’intention de son auteur et, jusqu’au bout, garde au premier plan le problème de la vérité... » L’application de cette méthode permet de ressaisir la progression (la méthode) des démarches par lesquelles une thèse, une « intuition originelle », est explicitée en discours philosophique. Doctrine et méthode ne sont pas des éléments séparables, car la recherche en matière de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriella Crocco, « Sur la classification des systèmes philosophiques et la logique », Philosophia Scientiæ [En ligne], 20-3 | 2016, mis en ligne le 09 novembre 2019, consulté le 29 mai 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1208 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1208

Haut de page

Auteur

Gabriella Crocco

Aix-Marseille Université, CNRS CEPERC UMR 7304, 13621, Aix-en-Provence (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page