Navigation – Plan du site

Comment le scepticisme est devenu un système. La classification de Jules Vuillemin et ses transformations

How Scepticism Became a System. The classification of Jules Vuillemin and its transformations
Baptiste Mélès
p. 91-107

Résumés

Dans un texte inédit de 1979, Jules Vuillemin envoie au philosophe et logicien finnois Georg Henrik von Wright une liste des solutions à l’argu­ment Dominateur. De cette liste, comme de tous les textes de Vuillemin antérieurs aux ouvrages classificatoires des années 1980, le scepticisme est absent. Comment une telle absence peut-elle ne pas passer pour un manque ? La raison est à trouver dans une conception thétique des systèmes philosophiques, qui longtemps accompagna chez Vuillemin la formulation logique des conflits métaphysiques. Ce n’est qu’en renonçant dans les années 1980 à l’outil de démonstration de thèses qu’est la logique modale du premier ordre, au profit d’une analyse des attitudes linguistiques comme langage sous-jacent à sa classification, que Vuillemin put ouvrir au scepticisme les portes de sa classification synthétique, aux côtés des systèmes assertifs ou « thétiques » que sont le réalisme, le conceptualisme, le nominalisme et l’intuitionnisme.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 Le scepticisme comme système minimal
2 Une classification sans scepticisme
3 Le scepticisme comme système non thétique
4 Des assertions aux attitudes linguistiques
5 Conclusion

Aperçu du début du texte

1 Le scepticisme comme système minimal

Sous-titré « L’aporie de Diodore et les systèmes philosophiques », l’ouvrage de Jules Vuillemin Nécessité ou contingence, publié en 1984, engendre de deux façons successives la liste des systèmes philosophiques : selon la méthode analytique puis selon la méthode synthétique [Vuillemin 1984b].

Adoptant la méthode analytique dans les trois premières parties du livre, Vuillemin expose les solutions proposées dans l’histoire de la philosophie à l’argument Dominateur de Diodore, que rapporte Épictète [Épictete 1962, II xix]. Cet argument montre un conflit entre les trois propositions suivantes : « toute proposition vraie concernant le passé est nécessaire », « l’impossible ne suit pas logiquement du possible », « est possible ce qui n’est pas actuellement vrai et ne le sera pas ». L’incompatibilité de ces thèses contraint les philosophes à rejeter soit l’une d’elles, soit l’une des thèses implicites qui les rendent contradictoires : le Dominateur « do...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Mélès, « Comment le scepticisme est devenu un système. La classification de Jules Vuillemin et ses transformations », Philosophia Scientiæ [En ligne], 20-3 | 2016, mis en ligne le 08 novembre 2019, consulté le 22 février 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1204 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1204

Haut de page

Auteur

Baptiste Mélès

Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie, Archives H.-Poincaré, Université de Lorraine, CNRS, Nancy (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page