Navigation – Plan du site

Science(s) et édition(s), de 1780 à l'Entre-deux-guerres

Numéro thématique de Philosophia Scientiæ  22-2 (juin 2018)

Editeurs invités :

Franck Jovanovic (TELUQ-Université du Québec, Canada),

Viera Rebolledo-Dhuin (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, CHCSC, France),

Norbert Verdier (Université Paris Sud, GHDSO, France)

Date limite de soumission : 24/04/2017

Date de notification : 29/05/2017

Version finale : 26/06/2017

Adresse de contact: scienceseteditions@googlegroups.com

Thématique

  • 1 Fonds Saint-Venant, Archives de l’École polytechnique, carton n°2,  pièce n °929.

Si l’histoire des sciences permet d’analyser l’émergence de nouvelles idées, techniques et/ou analyses, elle fait trop souvent l’impasse sur les contraintes matérielles et éditoriales auxquelles la production et la diffusion des connaissances scientifiques doivent faire face, en amont comme en aval. On pense par exemple à la complexité d’éditer au XIXe siècle des équations mathématiques, des graphiques, des schémas ou tout autre outil de visualisation. Encore en 1845, un mathématicien comme Augustin Cauchy (1789-1857) pouvait ainsi se plaindre du refus d’un de ses articles : « mais le Directeur du Journal, l’Institut, l’a refusé parce que son Imprimerie est mal montée en caractères »1. Ces contraintes éditoriales exercent une influence certaine sur la manière dont les auteurs ont formulé et/ou formalisé leurs pensées, soit, indirectement, sur la manière dont les sciences ont été élaborées ou encore sur la façon dont les connaissances ont été transmises.

L’histoire de l’édition, quant à elle, permet de rendre compte de certaines contraintes économiques, auxquelles l’édition scientifique a été confrontée, dans le cadre d’études monographiques notamment [Dhenin 1990; Gourevitch and Vincent 2006; Béguet 1990; Bensaude-Vincent and Rasmussen 1997; Bensaude-Vincent 2000; Tesnière 2001].

Finalement, malgré leurs intérêts communs et en dehors de quelques études récentes, l’histoire des sciences et l’histoire de l’édition demeurent deux champs largement disjoints [Verdier 2013; Anon. 2014]

Ce numéro spécial de la revue Philosophia Scientiae vise à faire dialoguer, même de manière exploratoire, ces deux disciplines afin d’apporter un éclairage sur la manière dont les sciences se sont élaborées de 1780 à l’Entre-deux-guerres, depuis la diffusion de l’Encyclopédie jusqu’à l’émergence d’un marché de masse de l’édition scientifique, qui naît entre autres avec l’édition scolaire dans le dernier tiers du XIXe siècle.

Les contributions pourront plus particulièrement analyser les aspects suivants (liste non exhaustive) :

  • la manière dont les niches éditoriales imposent des techniques d’écriture et de production ;

  • la manière dont l’édition contraint et/ou influence les pensées scientifiques et la construction des savoirs techniques ;

  • la manière dont les comités scientifiques et/ou éditoriaux peuvent infléchir la production scientifique ;

  • la diffusion des sciences par les livres, les manuels scolaires, les ouvrages à destination des élèves ou pour l'éducation dite scientifique, revues scientifiques, brochures, supports pédagogique ou artistiques, etc. ;

  • le rôle des acteurs (auteurs, éditeurs, traducteurs, illustrateurs, journalistes, etc.) dans la diffusion des sciences (incluant les sciences vernaculaires).

L’appel à contribution n’impose aucune restriction sur les champs scientifiques étudiés : les propositions peuvent porter sur les sciences « fondamentales » (mathématiques, physique), sur les sciences du vivant (médecine et sciences naturelles), l’économie, la gestion et le droit, les sciences de l’ingénieur ou tout autre type d’éditions techniques (liste non-exhaustive).

Modalités de soumission

Format des contributions : les manuscrits doivent être originaux, et ne peuvent pas être en cours de soumission pour une autre publication ; ils peuvent être rédigés en anglais, en français ou en allemand; ils ne doivent pas dépasser 50 000 signes (espaces et notes compris) et avoir un résumé (10-20 lignes). De courts papiers peuvent être soumis.

Ils seront rédigés sous LaTeX, Word ou OpenOffice (https://philosophiascientiae.revues.org/449)

Les auteurs rédigeant leur article sous Word ou OpenOffice peuvent, pour générer leurs références bibliographiques, utiliser la feuille de style Zotero suivante : https://www.zotero.org/styles/philosophia-scientiae

Format de l'article, voir les instructions aux auteurs : http://philosophiascientiae.revues.org/452

Bibliographie

Béguet, B. (ed.) 1990 La science pour tous. Sur la vulgarisation scientifique en France de 1850 à 1914, Paris: Bibliothèque du Conservatoire national des arts et métiers.

Anon. Le livre et les techniques avant le XXe siècle. À l’échelle du monde : colloque international Paris 18-19-20 juin 2014 | École des Ponts ParisTech.

Bensaude-Vincent, B. 2000 L’opinion publique et la science. À chacun son ignorance, Les empêcheurs de penser en rondParis: Institut d’édition Sanofi-Synthelabo.

Bensaude-Vincent, B., and A. Rasmussen (eds.) 1997 La science populaire dans la presse et l’édition, XIXe et XXe siècles, CNRS histoireParis: CNRS éd.

Dhenin, C. 1990 La Librairie médicale de Victor Masson, Mémoire de maîtrise en histoire Université Paris X-Nanterre.

Gourevitch, D., and J.-F. Vincent (eds.) 2006 J.-B. Baillière et fils, éditeurs de médecine. Actes du colloque international de Paris (29 janvier 2005), Collection Medic@; 1 volume Paris: Bibliothèque interuniversitaire de médecine et d’odontologie / De Boccard Édition-Diffusion.

Tesnière, V. 2001 Le Quadrige. Un siècle d’édition universitaire (1860-1968), Paris: Presses universitaires de France.

Verdier, N. 2013 Éditer puis vendre des mathématiques avec la maison Bachelier (1812-1864), Revue d’histoire des mathématiques, 1 (19), 79–145.

Haut de page

Notes

1 Fonds Saint-Venant, Archives de l’École polytechnique, carton n°2,  pièce n °929.

Haut de page