Navigation – Plan du site

Orientalisme et occidentalisme : divergences interculturelles

Orientalism and westernism: intercultural divergences
Harald Siebenmorgen
p. 133-140

Résumés

De manière générale, si l’on compare les termes « orientalisme » et « occidentalisme », force est de constater que l’on n’a pas pris la mesure des enjeux qui les entourent. Par exemple, les travaux de recherche conduits jusqu’à présent autour du terme « occidentalisme » sont peu nombreux et se cantonnent souvent à accorder la primauté aux questions liées aux phénomènes d’acculturation coloniale et postcoloniale. Aussi, il nous paraît important de dépasser cette façon restrictive de poser les problèmes et d’essayer de comprendre quelles sont les vraies questions qui se cachent derrière les processus d’élaboration et de signification de ces deux termes. Car les cultures orientales elles-mêmes, présentent des formes les plus diverses, les plus adaptées et les plus intégratrices qui soient, aussi bien sur le plan cognitif que dans leurs représentations dans l’art (notamment l’art pictural). Ces cultures ont su intégrer les idéaux de l’Occident et de l’antiquité, sans aucune contrainte. On peut ainsi en retrouver des traces à travers l’exemple de l’imaginaire du paradis et de ses descriptions ou celui de la représentation des images de potentats autoritaires et tyranniques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Le phénomène de l’orientalisme, c’est-à-dire l’assimilation d’éléments orientaux dans la culture occidentale, est bien connu et a pris depuis l’ouvrage du sociologue Edward W. Said un caractère critique et péjoratif, le comparant à une poursuite du colonialisme, mais par d’autres moyens, culturels ceux-là [Said 1978]. Cette image exclusivement négative de l’orientalisme s’est beaucoup fissurée dans ces derniers temps.

1. Il y a eu et il y a effectivement cet orientalisme qui considérait l’Orient, et avant tout l’Empire ottoman, comme un ennemi séculaire qui souhaitait dominer non seulement les Balkans mais aussi Vienne, Venise et Rome et il y a cet autre orientalisme qui séduisait les Européens par ses charmes exotiques : harems, bains turcs, bazars, parfums lourds, mosquées, muezzin et caravanes du désert. C’est ainsi que le margrave Louis-Guillaume de Bade Bade, dit Louis le Turc, vainqueur de la bataille de Slankamen en 1693, se fit représenter dans la salle d’apparat de son chât...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Harald Siebenmorgen, « Orientalisme et occidentalisme : divergences interculturelles », Philosophia Scientiæ [En ligne], 20-2 | 2016, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 26 mai 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1185 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1185

Haut de page

Auteur

Harald Siebenmorgen

Karlsruhe (Allemagne)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page