Navigation – Plan du site

La circulation des savoirs et des hommes dans l’espace euro-méditerranéen : le cas de « mathématiciens » français en Algérie (1868-1941)

The circulation of knowledge and people in the Euro-Mediterranean region: the case of French « mathematicians » in Algeria (1868-1941)
Yamina Bettahar et Christophe Eckes
p. 61-92

Résumés

À la fin du xixe siècle, avec l’achèvement des jalons d’un enseignement supérieur colonial en Algérie – création des écoles d’enseignement supérieur en Algérie en 1880 et fondation d’une université coloniale en terre algérienne, dotée d’un système facultaire en 1909 –, le paysage universitaire colonial prend son essor et se développe considérablement. La circulation d’universitaires métropolitains qui traversent la Méditerranée pour venir s’installer souvent durablement en Algérie, est le fait de botanistes, géologues, médecins et de mathématiciens. Cette contribution se focalise sur l’analyse des circulations et des échanges dans le domaine des mathématiques entre la métropole et le territoire algérien. Elle propose d’examiner les évolutions de ces circulations à travers les trajectoires et les parcours d’universitaires qui ont soit effectué un séjour court en Algérie (le passage par l’École des sciences d’Alger pouvant servir de tremplin pour une carrière universitaire en métropole) ou qui ont effectué toute leur carrière universitaire et scientifique en Algérie. Cette focale, qui prend en compte la période 1868 à 1941, s’interroge en arrière-plan sur la contribution (ou non) du système colonial à la formation de jeunes mathématiciens algériens musulmans.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 La lente construction de l’enseignement supérieur en Algérie
3 Antoine Thévenet et la première chaire de mathématiques à l’École des sciences d’Alger (1880-1908)
4 Les carrières d’Henri Dulac et de Sauveur Carrus à l’Université d’Alger
4.1 Alger, un tremplin pour la carrière universitaire d’Henri Dulac
4.2 La longue trajectoire algéroise de Sauveur Carrus à l’Université d’Alger
5 Conclusion

Aperçu du début du texte

1 Introduction

En 1830, après la conquête française, l’Algérie d’abord colonie de peuplement, devient département français dès 1848. À la fin du xixe siècle, sous la pression des populations européennes qui s’y installent progressivement, le territoire algérien se dote d’un enseignement supérieur et favorise la venue à Alger de savants issus d’horizons différents et par la suite, d’universitaires métropolitains en début de carrière dans des disciplines-phares telles que la médecine et la pharmacie, la botanique [Bettahar 2012], la géologie [Bettahar 2007a] ou la chimie.

Comparées aux autres disciplines émergentes dans le dispositif académique qui se met en place progressivement en Algérie, les sciences mathématiques occupent à leurs débuts une place marginale au sein de l’École des sciences, créée dès 1868 pour répondre aux besoins et aux enjeux coloniaux. C’est finalement sous l’impulsion des universitaires venus de métropole après une formation à Polytechnique, l’École des mines de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yamina Bettahar et Christophe Eckes, « La circulation des savoirs et des hommes dans l’espace euro-méditerranéen : le cas de « mathématiciens » français en Algérie (1868-1941) », Philosophia Scientiæ [En ligne], 20-2 | 2016, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1180 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1180

Haut de page

Auteurs

Yamina Bettahar

Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie, Archives H.-Poincaré, Université de Lorraine, CNRS, Nancy (France)

Articles du même auteur

Christophe Eckes

Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie, Archives H.-Poincaré, Université de Lorraine, CNRS, Nancy (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page