Navigation – Plan du site

Faire des sciences en Algérie au xixe siècle : individus, lieux et sociabilité savante

Pauline Romera-Lebret et Norbert Verdier
p. 33-60

Résumés

Lors de la conquête d’Algérie par la France, à partir de 1827, et tout au long du xixe siècle, de nombreux ingénieurs, universitaires et militaires ont été envoyés pour installer et développer le pouvoir colonial. Nombre d’entre eux étaient formés aux sciences dans les grandes écoles comme l’École polytechnique et ont réalisé des activités scientifiques en Algérie, en connexion ou en dehors des missions qui leur étaient prescrites. Dans cet article, nous proposons de circonscrire ces activités spécifiques et les situer individuellement et collectivement, au travers d’études de cas dans un espace social aussi particulier et singulier que la société algérienne du xixe siècle.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte est issu d’une adaptation approfondie d’un travail déjà publié [Verdier, Romera-Lebret et al. 2012] et d’un autre – intitulé « Itinéraires de savants géomètres en Algérie au xixe siècle» – en cours d’impression sur le site Images des mathématiques. Par voie de fait, notre article est donc le fruit de la participation de Djamil Aïssani et de discussions avec Hélène Gispert, Sabine Rommevaux & Marc Moyon. Qu’elles et ils en soient remerciés.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 Acteurs choisis et champs d’investigation
2.1 Observer la mer, la Terre et le ciel
2.2 Savants et amateurs d’histoire et de langue arabe
2.3 Brocard : météorologie et géométrie du triangle
2.4 Cartographier
3 Lieux de sociabilité savante : le cas des congrès algériens de l’AFAS
3.1 Les congrès d’Alger et d’Oran : lieu d’échange, d’expérimentation et de sédimentation scientifique
3.2 Une présence indigène presque invisible
3.3 Apporter à la colonie les ressources de la science
4 Conclusion

Aperçu du début du texte

1 Introduction

À la fin du xviiie siècle, Constantin-François Chassebœuf de La Giraudais, comte Volney, dit Volney (1757-1820) introduit peut-être pour la première fois le terme « franco-arabe » dans un texte expliquant les buts de Bonaparte en Égypte ; Bonaparte veut se distinguer de la politique mercantiliste et exploitatrice anglaise et mettre en place une « nation arabe » avec une réforme complète de l’éducation appuyée notamment sur des collèges militaires « où les jeunes gens français, coptes, arabes s’enseignent mutuellement l’arabe, le français, la géographie, les mathématiques et les sciences exactes » [Le Moniteur 1798]. Trente ans plus tard, Victor Hugo résume cet état d’esprit dans sa préface des Orientales : « au siècle de Louis XIV, on était helléniste, maintenant on est orientaliste » [Hugo 1829, ix]. L’étude des sciences en Orient a particulièrement été étudiée par Pascal Crozet qui a montré les processus et pratiques de transfert et d’appropriation des sciences europ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Romera-Lebret et Norbert Verdier, « Faire des sciences en Algérie au xixe siècle : individus, lieux et sociabilité savante », Philosophia Scientiæ [En ligne], 20-2 | 2016, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1178 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1178

Haut de page

Auteurs

Pauline Romera-Lebret

GHDSO, Université Paris-Sud (France)

Norbert Verdier

GHDSO, Université Paris-Sud (France)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page