Navigation – Plan du site

Émergence d’un savoir mathématique euro-islamique : L’Offrande du converti pour ranimer la flamme éteinte

Mahdi Abdeljaouad, Pierre Ageron et Mahmoud Shahidy
p. 7-32

Résumés

Nous étudions un traité scientifique en langue arabe, achevé à Belgrade en 1779. Son titre est L’Offrande du converti pour ranimer la flamme éteinte. Il ne fut jamais imprimé, mais dix copies, d’aspect semblable à celui des manuscrits arabes traditionnels, attestent de sa circulation dans l’Empire ottoman. L’auteur, un converti à l’islam qu’on appelait Osman Efendi, y aborde la géométrie euclidienne, la géométrie d’arpentage, la dynamique galiléenne et leurs applications aux sciences militaires. Il affiche son ambition de « faire revivre et renouveler » la géométrie, « science oubliée et délaissée », et révèle in fine avoir pour cela traduit des livres allemands et français. Après un essai de reconstruction de la biographie d’Osman Efendi, nous montrerons que son ouvrage est en réalité une production élaborée, dépassant largement la simple démarche de traduction. Montage soigneux de différentes sources européennes que nous identifierons, il incorpore aussi un grand nombre d’éléments directement empruntés au savoir islamique de la tradition vivante. Il est ainsi le témoin remarquable d’une tentative de constitution d’un savoir hybride euro-islamique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 Belgrade : une zone de contact ?
2 Osman Efendi : renégat et passeur de savoir
3 L’Offrande du converti : caractères généraux
4 Les sources européennes
5 Une flamme éteinte ? Les mathématiques dans l’Empire ottoman au XVIIIe siècle
5.1 Le savoir traditionnel
5.2 Entre transmission et renouveau
5.3 Le lent transfert des mathématiques européennes
6 Analyse sommaire de L’Offrande du converti
Introduction
Première partie
Livre 1.
Livre 2.
Livre 3.
Deuxième partie
Livre 1.
Livre 2.
Livre 3.
7 Quelques aspects de L’Offrande du converti
7.1 Sur la fabrique du texte
7.2 Sur la terminologie, notamment celle des coniques
7.3 Sur la similitude des figures
7.4 Sur la décimalisation
7.5 Sur l’instrument appelé kûniyâ
7.6 Sur la nécessité d’une artillerie légère
7.7 Sur la guerre souterraine
8 Réception et circulation du texte
9 Conclusion

Aperçu du début du texte

L’objet central de cet article est un traité scientifique en langue arabe, inédit à ce jour, qui s’avère être un captivant hybride culturel entre la tradition islamique et la science moderne européenne. Achevé en 1779, il est l’œuvre d’un Européen converti à l’islam qu’on appelait Osman Efendi. Avant de rencontrer ce personnage au destin hors norme, il nous faut rapidement planter le décor de sa vie : Belgrade, actuelle capitale de la Serbie, que son histoire mouvementée semble bien qualifier parmi ces « zones de contact [...] où les cultures se rencontrent, se heurtent et se confrontent » [Pratt 1996]. Mais qu’en était-il au juste dans les années 1770 ?

1 Belgrade : une zone de contact ?

Conquise par les Ottomans en 1521 et surnommée Dâr al-jihâd [pays de la guerre sainte], Belgrade était progressivement devenue une importante et prospère ville de l’Empire, à la triple vocation militaire, commerciale et savante. Occupée une première fois par les Autrichiens de 1688 à 1690, elle tomb...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mahdi Abdeljaouad, Pierre Ageron et Mahmoud Shahidy, « Émergence d’un savoir mathématique euro-islamique : L’Offrande du converti pour ranimer la flamme éteinte », Philosophia Scientiæ [En ligne], 20-2 | 2016, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1174 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1174

Haut de page

Auteurs

Mahdi Abdeljaouad

Université de Tunis (Tunisie)

Pierre Ageron

Université de Caen Normandie (France)

Articles du même auteur

Mahmoud Shahidy

Chercheur indépendant, Téhéran (Iran)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page