Navigation – Plan du site

Peirce lecteur de Kant

Peirce Reading Kant
Jean-Marie Chevalier
p. 143-163

Résumés

Cet article présente le rôle fondamental que l’œuvre de Kant a joué dans l’élaboration de la pensée du philosophe américain Charles S. Peirce. Idéalement, il se fixerait un triple objectif : résumer les éléments de dialogue de Peirce avec Kant, évaluer l’interprétation très particulière que Peirce propose du kantisme (en particulier du transcendantal et du criticisme), et montrer qu’apprécier l’importance de l’influence kantienne sur Peirce suppose des partis pris commentaristes, de sorte que les deux premiers objectifs appellent un tour d’horizon de l’état de l’art sur la question. Plus modestement, l’article met en lumière l’usage de Kant aux deux extrêmes chronologiques de l’œuvre de Peirce. Une fois rappelé le poids incontestable de Kant dans la formation de Peirce, sont donc étudiées les « transformations sémiotiques » (K.-O. Apel) subies par le criticisme dans les juvenilia, puis la constitution du pragmaticisme comme sens commun critique au tournant du vingtième siècle. On conclut à une grande continuité de l’inspiration kantienne chez Peirce, même si la preuve en supposerait l’examen des années 1870-1900.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 Des débuts kantiens
2 Les « transformations sémiotiques » de Kant par Peirce (1859-1867)
2.1 Dépsychologiser Kant
2.2 Exit noumenon
3 La recherche des catégories et la question du transcendantal
4 Le pragmaticisme, forme de kantisme ? (1900-1914)
4.1 Trichotomie de la sémiotique
4.2 Iconicité et schématisme
4.3 Pragmatisme et sens commun critique
5 Conclusion

Aperçu du début du texte

Comment Peirce a-t-il interprété la philosophie de Kant ? La question est double : premièrement, Peirce était-il kantien, et si oui dans quelle mesure ? Et deuxièmement, Peirce fut-il un bon kantien ? Autrement dit, l’a-t-il bien compris ? Lui a-t-il été fidèle ? L’a-t-il corrigé ? Cela invite à, premièrement, exposer et reconstituer l’interprétation peircienne de Kant ; deuxièmement, évaluer cette interprétation ; et enfin, interpréter et évaluer les tentatives d’interprétation qui en ont été faites par la littérature critique. Autrement dit, pour clarifier le kantisme de Peirce, il sera sage de prendre en compte non seulement le texte peircien mais aussi les analyses de ses commentateurs. S’il est vrai, comme l’a écrit un philosophe, que l’histoire de la réception de la Critique de la raison pure est celle de ses contresens, l’enjeu sera de déterminer jusqu’à quel point l’interprétation de Peirce est acceptable ou doit être dite erronée.

Il ne fait en réalité pas de doute que Peir...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Chevalier, « Peirce lecteur de Kant », Philosophia Scientiæ [En ligne], 20-1 | 2016, mis en ligne le 25 février 2019, consulté le 26 juin 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1160 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1160

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Chevalier

Université d’Helsinki (Finlande)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page