Navigation – Plan du site

Max Frischeisen-Köhler’s Vindication of the Material Component of Cognition

Andrea Staiti
p. 119-142

Résumés

Cet article présente la philosophie des sciences de Max Frischeisen-Köhler, conçue comme une réponse critique aux néo-kantiens. Frischeisen-Köhler tire son enseignement à la fois de son professeur Wilhelm Dilthey et d’Edmund Husserl. Dans les quatre premières parties j’examine la critique que Frischeisen-Köhler adresse au néo-kantisme de l’École de Marbourg et à celui de l’École de Baden. Cette critique défend l’idée que la réalité joue un rôle dans la cognition en tant qu’élément totalement indépendant que la cognition doit reconnaître et qui ne peut jamais se développer en dehors de sa propre légalité. Dans la cinquième section, je m’attache à la phénoménologie de Frischeisen-Köhler. Sa thèse principale est que la réalité est expérimentée comme telle dans l’action, de sorte que notre conscience de la réalité ne provient pas de considérations théoriques sur les causes hypothétiques de nos sensations, mais de nos activités dans le monde en tant qu’agents. La science part de cette expérience pré-scientifique de la réalité. Je conclus par une critique de la distinction que Frischeisen-Köhler établit entre conscience en général et subjectivité individuelle d’un point de vue phénoménologique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 Frischeisen-Köhler’s critique of Marburg neo-Kantianism
2 Frischeisen-Köhler’s critique of Southwestern neo-Kantianism on epistemology
3 Frischeisen-Köhler’s critique of Southwestern neo-Kantianism on natural science
4 Frischeisen-Köhler’s critique of Southwestern neo-Kantianism on history
5 Frischeisen-Köhler’s phenomenology
6 Conclusion

Aperçu du début du texte

Our implicitly monumental way of writing and teaching the history of philosophy often effaces from view the work of thinkers whose merit isn’t due to the invention of new concepts, but rather to the patient examination and appraisal of dominant philosophical trends in order to gauge their value and viability for future research. This kind of work is admittedly less spectacular, but no less important, and sometimes even more instructive than the solitary efforts of celebrated philosophical giants.

It is in this spirit that this paper sets out to explore the philosophical work of a forgotten early twentieth century German philosopher, Max Frischeisen-Köhler (1878-1923). Frischeisen-Köhler was a student of Wilhelm Dilthey in Berlin, where he received both his doctoral degree (1902) and his Habilitation (1906). After a period as Privatdozent, in 1915 he moved to the University of Halle where he was promoted to Ordinarius in 1921, just two years before his untimely death in 1923. His bri...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Staiti, « Max Frischeisen-Köhler’s Vindication of the Material Component of Cognition », Philosophia Scientiæ [En ligne], 20-1 | 2016, mis en ligne le 25 février 2019, consulté le 26 juin 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1158 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1158

Haut de page

Auteur

Andrea Staiti

Boston College (USA)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page