Navigation – Plan du site

Schopenhauer – Critique de la causalité kantienne

Schopenhauer’s Criticism of Kantian Causality
Peter Welsen
p. 47-58

Résumés

D’après Schopenhauer, Kant commet deux erreurs dans sa théorie de la causalité : 1) Schopenhauer reproche à Kant d’appliquer la catégorie de causalité à la chose en soi, ce qui est en effet incompatible avec sa thèse selon laquelle les catégories valent uniquement pour le monde comme représentation et non pas pour la chose en soi. Si, en outre, la chose en soi était une entité inconnue, on pourrait dire – conformément à Schopenhauer – qu’elle n’est pas capable d’« affecter » le sujet et de produire de cette manière des données sensorielles. 2) Schopenhauer considère que, selon Kant, toute succession objective est une succession d’événements liés par la causalité. Bien que Schopenhauer ait raison de souligner que tout événement précédant un autre n’est pas la cause de ce dernier, sa critique n’est pas pertinente dans la mesure où Kant ne parle pas de la succession de deux événements, mais de celle de deux états d’une même chose.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 La théorie de l’affection
2 La preuve du principe de causalité
3 Conclusion

Aperçu du début du texte

Parmi les penseurs appréciés de Schopenhauer, Kant occupe une place centrale à maints égards. C’est ainsi que, dans la préface de son ouvrage principal, Le Monde comme volonté et comme représentation [Schopenhauer 1819-1844] Schopenhauer déclare que, pour comprendre ce livre, il faut disposer d’une connaissance approfondie de l’approche kantienne :

[L]a philosophie kantienne est la seule avec laquelle il soit strictement nécessaire d’être familier pour entendre ce que j’ai à exposer. [Schopenhauer 1819-1844, 5]

Toutefois, l’attitude positive qu’il adopte vis-à-vis du penseur de Königsberg ne l’empêche pas de critiquer à plusieurs reprises les faiblesses de sa doctrine. Vu l’importance qu’il attache à Kant, il est compréhensible que Schopenhauer termine Le Monde comme volonté et comme représentation par un appendice volumineux intitulé « Critique de la philosophie kantienne ». En outre, d’autres ouvrages comme De la quadruple racine du principe de la raison suffisante (§ 23), Le Fond...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Peter Welsen, « Schopenhauer – Critique de la causalité kantienne », Philosophia Scientiæ [En ligne], 20-1 | 2016, mis en ligne le 25 février 2019, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1153 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1153

Haut de page

Auteur

Peter Welsen

Universität Trier (Allemagne) – Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie, Archives H.-Poincaré, Université de Lorraine, CNRS, Nancy (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page