Navigation – Plan du site

Fries lecteur de Kant

Fries Reading Kant
Christian Bonnet
p. 33-46

Résumés

Jakob Friedrich Fries estime que Kant a fait de funestes concessions au dogmatisme philosophique, dont il avait pourtant mieux que quiconque mis au jour les contradictions. Ainsi n’a-t-il pas distingué de façon suffisamment rigoureuse la connaissance transcendantale (qui est une connaissance de connaissances) de son objet (à savoir la connaissance a priori à laquelle elle se rapporte). Il en a conclu que la connaissance transcendantale était elle aussi a priori et a cherché à fonder les jugements synthétiques a priori sur des connaissances elles-mêmes a priori. Kant a ainsi été victime d’un « préjugé de la preuve » auquel il a donné la forme spécifique d’un « préjugé du transcendantal » : dans la mesure où la « déduction transcendantale » cherche à donner une « preuve transcendantale » de la validité de nos connaissances, la théorie kantienne de la connaissance est donc menacée par un cercle logique. Aussi la déduction transcendantale bien comprise ne peut-elle être, selon Fries, qu’une déduction subjective, psychologique ou anthropologique, ce qui ne signifie pas pour autant que Fries entende réduire la philosophie à la psychologie, contrairement à ce que lui reprocheront les contempteurs de son psychologisme.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Jakob Friedrich Fries est né en 1773. Il étudie à l’université de Leipzig, puis à Iéna, où il suit un temps les cours de Fichte, dont il se détourne très vite. Après avoir soutenu en 1801 sa Dissertation, il devient Privatdozent à Iéna puis professeur à Heidelberg en 1805 (contre Hegel). Il est nommé à Iéna en 1816, puis il est pressenti pour la chaire de Fichte, devenue vacante à Berlin. Mais c’est finalement Hegel qui, grâce à l’appui de Schleiermacher, obtient le poste en 1817. Fries est un sympathisant du mouvement libéral. Sa participation à la fête de la Wartburg le 18 octobre 1817 et le discours qu’il y prononce lui valent l’hostilité des autorités, et de Hegel. Il est suspendu en 1819. Pendant ces années d’éloignement de l’université Fries publie de nombreux travaux et tient un séminaire de philosophie chez lui, où se retrouve un petit cercle de disciples. Il est, en outre, en relation avec quelques-uns des grands noms de la science allemande de l’époque, comme Alexander von...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Bonnet, « Fries lecteur de Kant », Philosophia Scientiæ [En ligne], 20-1 | 2016, mis en ligne le 25 février 2019, consulté le 26 avril 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1151 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1151

Haut de page

Auteur

Christian Bonnet

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page