Navigation – Plan du site

Ampère et le fantôme de Kant : histoire d’une controverse sur la portée ontologique de nos connaissances

Ampère and the Ghost of Kant: The Story of a Controversy about the Ontological Impact of Our Knowledge
Charles Braverman
p. 11-31

Résumés

André-Marie Ampère fut un savant et un penseur éclectique. Sa pratique scientifique et sa réflexion philosophique n’ont cessé d’être hantées par le problème de la portée ontologique de nos connaissances. Ce problème émerge chez Ampère dans un cadre conceptuel kantien qui insiste sur la part de subjectivité déterminant nos représentations. La pensée d’Ampère va alors impliquer une véritable controverse intériorisée avec le fantôme de Kant. Tout en insistant sur l’origine subjective de nos idées, Ampère a cherché à contredire l’idéalisme qu’il associait irrémédiablement au kantisme. Pour soutenir un réalisme structural, il interprète alors la notion de « forme » à travers un filtre physiologique lui permettant d’affirmer la probabilité d’une analogie entre les noumènes et les phénomènes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 La constitution du fantôme de Kant : Ampère, figure exemplaire de la réception du kantisme
3 L’intervention de la subjectivité dans la genèse de nos idées : un acquis kantien
4 Réinterpréter le concept de forme et corriger le kantisme
5 Conclusion : la réponse du fantôme de Kant et l’introduction par Ampère de la notion de probabilité

Aperçu du début du texte

1 Introduction

André-Marie Ampère (1775-1836) n’a jamais rencontré Kant, n’a jamais correspondu avec lui et ne lisait pas l’allemand. En fait, il n’y a jamais eu de controverse Kant-Ampère comme il y en a eu une, par exemple, entre Kant et Constant autour de la question du mensonge. Si, pour qu’il y ait controverse, il faut que deux penseurs argumentent l’un contre l’autre, alors il faut noter que Kant n’a en effet jamais eu connaissance de la pensée d’Ampère ; et pour cause, c’est seulement en 1803-1804 qu’Ampère tente de rédiger un mémoire pour répondre à la question posée par l’Institut et ayant pour objet la décomposition de la pensée et la détermination des facultés humaines.

Le présent article défend alors la thèse qu’une controverse ne cesse de se faire avec le fantôme de Kant, à l’intérieur même de la pensée d’Ampère, car ce dernier est hanté par le risque d’un scepticisme associé à un idéalisme subjectif.

En parallèle avec ses recherches scientifiques en mathématiques, en phy...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Braverman, « Ampère et le fantôme de Kant : histoire d’une controverse sur la portée ontologique de nos connaissances », Philosophia Scientiæ [En ligne], 20-1 | 2016, mis en ligne le 25 février 2019, consulté le 18 août 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1149 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1149

Haut de page

Auteur

Charles Braverman

Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie, Archives H.-Poincaré, Université de Lorraine, CNRS, Nancy (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page