Navigation – Plan du site

La phénoménologie expérimentale d’Albert Michotte : un problème de traduction

Sigrid Leyssen
p. 45-71

Résumés

Considéré de nos jours comme l’un des principaux représentants de la phénoménologie expérimentale, le psychologue Albert Michotte (1881-1965) n’a adopté que sur le tard le terme de « phénoménologie expérimentale » pour qualifier sa démarche. Dans cet article, j’étudie l’usage qu’il fait de cette dénomination, les implications de ce choix ainsi que l’interprétation qu’il en a donnée. Je montre, notamment, comment une discussion entre Michotte et le traducteur anglais de son livre, Tim R. Miles, a été importante pour déterminer l’orientation de la seule présentation explicite que Michotte a publiée de sa phénoménologie expérimentale. L’étude des différents rôles que ce terme a été amené à jouer dans l’œuvre de Michotte montre également les problèmes soulevés par la communication entre différentes disciplines (la philosophie et la psychologie expérimentale) et écoles psychologiques dans lesquelles ce concept a été à la fois employé et débattu : cette communication demandait un véritable travail de traduction.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 Phénoménologie expérimentale : une dénomination tardive et controversée
2.1 Une dénomination tardive
2.2 Une étiquette controversée
3 Définir la phénoménologie expérimentale en 1961
4 Problèmes de traduction
5 Conclusion

Aperçu du début du texte

1 Introduction

On considère souvent le psychologue belge Albert Michotte (1881-1965) comme l’un des principaux représentants de la phénoménologie expérimentale. Dans l’introduction de son récent Handbook for Experimental Phenomenology, la psychologue italienne Liliana Albertazzi n’hésite pas à lui accorder une place éminente au sein de cette discipline :

Il existe principalement deux versions « classiques » de la phénoménologie : la version husserlienne et la version expérimentale de Stumpf et Michotte. [Albertazzi 2013, 1]

Comme l’observe Albertazzi, c’est la version husserlienne de la phénoménologie qui l’a emporté : la phénoménologie s’est imposée comme une théorie philosophique. Au cours des dernières décennies, Albertazzi, ainsi que d’autres chercheurs, ont beaucoup contribué à ramener au premier plan cette autre branche de la phénoménologie, qui s’est développée dans le cadre de la psychologie expérimentale. Au regard de ce rôle fondateur qui lui est reconnu, il est toutefois s...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sigrid Leyssen, « La phénoménologie expérimentale d’Albert Michotte : un problème de traduction  », Philosophia Scientiæ [En ligne], 19-3 | 2015, mis en ligne le 30 octobre 2018, consulté le 27 avril 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1130 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1130

Haut de page

Auteur

Sigrid Leyssen

Centre Alexandre Koyré – EHESS (France), Universität Regensburg (Allemagne)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page