Navigation – Plan du site
Varia

Sur la distinction entre les connaissances explicites et les connaissances tacites

Régis Catinaud
p. 197-220

Résumés

L’objectif de cet article est de questionner l’opposition classique entre la connaissance tacite et la connaissance explicite et de montrer qu’il n’existe pas de césure entre ces deux aspects de la connaissance, mais seulement des situations d’expression, de transmission et d’apprentissage de la connaissance plus ou moins complexes et plus ou moins exigeantes. Pour ce faire, la stratégie consistera à présenter certaines difficultés et contradictions auxquelles peut conduire le traitement de la notion de connaissance explicite dans le dernier ouvrage de Harry Collins, Tacit and Explicit Knowledge.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 La connaissance explicite
2.1 Quand y a-t-il connaissance explicite?
2.2 Expressions et supports
2.3 La relativité de la connaissance explicite
2.4 Déflation de la métaphore de la connaissance-stuff et de l’explicite-support chez Collins
3 Peut-on catégoriquement distinguer l’explicite du tacite?
3.1 Sur les deux critères de distinction de l’explicite et du tacite chez Collins
3.2 S’éloigner de la conception de la connaissance-stuff
4 Au fond de l’opposition tacite/explicite, quelques différences de degrés (complexité, acculturation, adaptation et contexte)
5 Conclusion

Aperçu du début du texte

1 Introduction

L’objectif de cet article est de remettre en cause la mise en opposition désormais classique en épistémologie entre deux genres de connaissance – l’un explicite, l’autre tacite – en démontrant que cette opposition binaire et dualiste ne peut fonctionner que dans une conception matérialiste de la connaissance, i.e., une conception où la connaissance est assimilée à une sorte de « chose » que les individus pourraient posséder, inscrire dans des objets ou encore se transmettre. Il sera défendu que cette façon métaphorique de représenter la connaissance, lorsqu’elle est poussée à bout, conduit à des contradictions. Mais dès lors qu’on s’emploie à la dissoudre, on s’aperçoit que, premièrement, ce qui est tacite ou explicite n’est pas relatif à la nature de la connaissance mais aux éléments qui interviennent dans les situations de communication et, deuxièmement, que les raisons qui, dans ces situations, vont rendre une connaissance tacite ou explicite sont les mêmes pour le ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Régis Catinaud, « Sur la distinction entre les connaissances explicites et les connaissances tacites », Philosophia Scientiæ [En ligne], 19-2 | 2015, mis en ligne le 09 juin 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1103 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1103

Haut de page

Auteur

Régis Catinaud

Université de Genève, Unité d’histoire et de philosophie des sciences (Suisse), Archives Henri-Poincaré, Université de Lorraine – CNRS (UMR 7117) (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page