Navigation – Plan du site

Le séminaire de mathématiques : un lieu d’échanges défini par ses acteurs. Incursion dans la vie collective des mathématiques autour de Laurent Schwartz (1915-2002)

Anne-Sandrine Paumier
p. 171-193

Résumés

Lorsque Laurent Schwartz entre à l’École normale supérieure en 1934, il n’existe à Paris que deux séminaires de mathématiques : le séminaire Hadamard, « tribune internationale », et le séminaire Julia, « cercle d’une équipe restreinte1 ». En 1968, une trentaine de séminaires de mathématiques s’y tiennent chaque semaine. Il est difficile de se saisir, historiquement, de l’objet « séminaire de mathématiques », d’autant plus qu’il est oral et ne laisse que peu de traces. On peut considérer Schwartz comme un bon témoin – spectateur et acteur – de la période, afin d’interroger la place structurante que prend le séminaire dans la vie collective des mathématiques. Schwartz, en effet, voit l’évolution du développement du séminaire de mathématiques en France et contribue à la construction de sa place dans la vie mathématique. Il participe à de nombreux séminaires où il est tour à tour auditeur, orateur, organisateur ou créateur de séminaires. L’analyse de ces rôles à partir de sources en partie inédites nous permettra d’expliciter les formes d’échanges rendues possibles par le séminaire de mathématiques à partir du cas de Schwartz.
1. Expressions empruntées à [Beaulieu 1989].

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 Laurent Schwartz, auditeur : assister à un séminaire
2.1 Qu’est-ce qu’assister à un séminaire ?
2.2 Schwartz auditeur au(x) séminaire(s) de probabilités
3 Laurent Schwartz, orateur : exposer à un séminaire
3.1 Qu’est-ce qu’exposer ? Le rôle d’orateur
3.2 Deux exposés au séminaire Bourbaki
digérer...
aller à l’essentiel...
reformuler...
En quoi les exposés de Schwartz diffèrent-ils du mémoire original de Kodaira ?
L’exposé au séminaire, un instantané : autour des courants de Georges de Rham
4 L’organisation de séminaires
4.1 Créer, organiser un séminaire : Schwartz organisateur de séminaires
4.2 Conceptions simultanées des séminaires Cartan et Bourbaki, retour sur des discussions fondatrices
Séminaire Bourbaki préhistorique
Discussions pendant l’été 1947
Deux séminaires au lieu d’un
5 Conclusion
Remerciements

Aperçu du début du texte

1 Introduction

Nous nous intéressons ici aux formes d’échanges qu’offre le séminaire de mathématiques à la période particulière, après la seconde guerre mondiale, où il se développe massivement en France, à Paris notamment, et devient un élément structurant de la communauté mathématicienne et des mathématiques. Pour ce faire, nous nous appuyons sur les expériences du témoin, à la fois spectateur et acteur, Laurent Schwartz dans les différents rôles propres à un séminaire de mathématiques.

Qu’est-ce que le séminaire ? Plus spécifiquement, qu’est-ce que le séminaire de mathématiques à Paris au début du xxe siècle ? Le séminaire en Prusse au xixe siècle est une institution bien identifiée par Gert Schubring. Il s’agit d’un mode de formation, organisé autour d’une salle de séminaire, d’une bibliothèque, d’un enseignant et d’un format de transmission des connaissances particulier. Le séminaire se répand rapidement dans les universités prussiennes. À Paris, au début du xxe siècle, n’existen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Sandrine Paumier, « Le séminaire de mathématiques : un lieu d’échanges défini par ses acteurs. Incursion dans la vie collective des mathématiques autour de Laurent Schwartz (1915-2002) », Philosophia Scientiæ [En ligne], 19-2 | 2015, mis en ligne le 19 juin 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1101 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1101

Haut de page

Auteur

Anne-Sandrine Paumier

Institut de Mathématiques de Jussieu-PRG & Institut des Hautes Études Scientifiques (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page