Navigation – Plan du site

Empreintes d’échanges au sein de la Société mathématique de France dans les pages de son Bulletin : le cas de Charles-Ange Laisant

Jérôme Auvinet
p. 135-151

Résumés

La Société mathématique de France (SMF) créée en 1872 pour promouvoir les travaux des mathématiciens français accueille rapidement le polytechnicien Charles-Ange Laisant (1841-1920) qui s’investit par ailleurs dans de multiples communautés savantes à la fin du xixe siècle. Son implication durable, ses itinéraires d’administrateur et d’auteur permettent, à partir des renseignements fournis par le Bulletin de la SMF, une approche originale de la circulation de ses travaux au sein de la Société. Une étude des comptes rendus de séances met en lumière tant sa production d’écrits mathématiques proprement dits que ses interventions orales sur des sujets variés lors de ces réunions. L’exemple de celui qui sera président de la SMF en 1888 offre ainsi une perspective particulière sur les mathématiques discutées lors des réunions de la Société, sur les liens qui se tissent avec d’autres cercles savants ou sur les réseaux et collaborations ponctuelles à l’intérieur même de la SMF.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1 La Société mathématique de France : nouveau réseau pour de nouvelles ambitions
2 Un acteur singulier de la SMF : Laisant contributeur et administrateur
3 Sur les traces de Laisant au sein du Bulletin
4 Image des séances de la SMF dans son Bulletin : réseaux et collaborations

Aperçu du début du texte

La Société mathématique de France (SMF) est un lieu de sociabilité scientifique de première importance dans le paysage scientifique national de la fin du xixe siècle. Son Bulletin offre un large panorama de la production mathématique de ses membres et donc d’une certaine partie des mathématiciens français. Si son fonctionnement global et les travaux de ses sociétaires ont déjà été étudiés [Gispert 2007, 2015], pouvoir décrire les échanges qui ont véritablement lieu au cours de ses séances reste néanmoins délicat. L’absence d’archives sur la période que nous aborderons, à savoir de sa création en 1872 à la première guerre mondiale, laisse pour seul guide son Bulletin pour préciser les modalités de circulation des travaux mathématiques en son sein. Nous choisissons donc d’aborder le problème à travers l’activité d’un de ses membres : le mathématicien d’origine nantaise Charles-Ange Laisant (1841-1920), membre de la Société à partir de 1873 et président de celle-ci en 1888.

Les raisons ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Auvinet, « Empreintes d’échanges au sein de la Société mathématique de France dans les pages de son Bulletin : le cas de Charles-Ange Laisant », Philosophia Scientiæ [En ligne], 19-2 | 2015, mis en ligne le 19 juin 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1097 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1097

Haut de page

Auteur

Jérôme Auvinet

Laboratoire Jean Leray, Université de Nantes (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page