Navigation – Plan du site

Circulations mathématiques et offre locale d’enseignement : le cas de Troyes sous la Restauration et la monarchie de Juillet

Renaud d’Enfert
p. 79-94

Résumés

En portant l’attention sur la ville de Troyes, petite cité manufacturière et commerçante du département de l’Aube, entre 1820 et 1850, cet article examine l’offre publique d’enseignement mathématique à l’échelle de la ville afin de mettre en lumière d’éventuelles circulations mathématiques entre les divers types d’institutions post-élémentaires – primaire, secondaire, technique – qui la composent. Il montre ainsi l’existence d’interrelations entre ces filières d’enseignement dont les modalités et les normes d’enseignement sont a priori distinctes, compte tenu de la spécificité de leurs publics et de leurs finalités différenciées, et dont il est généralement admis qu’elles n’ont guère de rapports entre elles du fait des cloisonnements institutionnels qui prévalent à cette époque. Les circulations mathématiques observées sont d’abord des circulations d’enseignants d’une institution à l’autre, liées à la pluriactivité enseignante de nombre d’entre eux. Avec les individus, ce sont aussi des savoirs, des pratiques, des habitudes de travail qui franchissent les frontières institutionnelles et se confrontent éventuellement à d’autres systèmes de normes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1 L’enseignement public des mathématiques à Troyes : concurrences et complémentarités
1.1 Au cœur du « système local » d’enseignement : le collège et l’école de dessin
1.2 Un système local qui se complexifie progressivement
2 Les enseignants, acteurs essentiels des circulations mathématiques entre institutions
2.1 La pluriactivité enseignante : une pratique courante
2.2 Circulation des individus, des savoirs, des pratiques : quelles conséquences sur l’enseignement dispensé ?
3 Conclusion

Aperçu du début du texte

Appréhender les échanges et les circulations mathématiques sous l’angle de l’enseignement peut s’envisager de plusieurs manières. Une première manière consiste à étudier l’acte d’enseignement lui-même, c’est-à-dire le processus de fabrication, de transmission et de réception des savoirs mathématiques enseignés, processus qui met en relation, de façon essentiellement « verticale », des enseignants et des élèves ou des étudiants [Chatzis 2008]. Une deuxième manière réside dans l’analyse des relations « horizontales » qui peuvent se nouer entre enseignants (ou/et entre élèves) et de ce qu’elles produisent, à travers notamment les journaux mathématiques [Gérini 2002], [Verdier 2009], [Nabonnand & Rollet 2012] ou les espaces de sociabilité savante ou professionnelle [Barbazo 2010]. L’étude de la circulation des enseignants eux-mêmes, susceptible d’engendrer celle de savoirs et de pratiques d’un lieu à l’autre, d’une institution à l’autre, est encore une autre manière d’aborder la questio...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud d’Enfert, « Circulations mathématiques et offre locale d’enseignement : le cas de Troyes sous la Restauration et la monarchie de Juillet », Philosophia Scientiæ [En ligne], 19-2 | 2015, mis en ligne le 19 juin 2015, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1093 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1093

Haut de page

Auteur

Renaud d’Enfert

Université de Cergy-Pontoise ; EA 1610 – Études sur les sciences et les techniques, Groupe d’histoire et diffusion des sciences d’Orsay (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page