Navigation – Plan du site

Le « monde social » polytechnicien de la première moitié du xixe siècle et la question de la circulation des savoirs en son sein

Konstantinos Chatzis
p. 37-55

Résumés

Centré sur l’univers polytechnicien de la première moitié du xixe siècle, le présent article souhaite mettre en regard les échanges scientifiques – oraux, épistolaires, ou liés à la diffusion de textes – développés au sein d’un « monde social » particulier avec les caractéristiques spécifiques de ce monde. En faisant dialoguer des considérations générales sur les différentes composantes de l’univers polytechnicien et une série de « vignettes » qui donnent à ces considérations de la chair historique, nous concluons à l’existence d’un monde social dont les règles de fonctionnement – sociales, intellectuelles et morales –, l’équipement matériel, ainsi que les traits anthropologiques de ceux qui l’habitent font de lui un univers particulièrement propice au développement des échanges entre ses membres.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 Des lieux et des vecteurs d’échange au sein de l’univers polytechnicien
2.1 La bibliothèque
2.2 La presse lithographique
2.3 La revue technique
3 L’homo polytechnicus, en général
4 L’ingénieur-savant, en particulier
4.1 L’ingénieur-savant et les échanges informels
4.2 L’ingénieur-savant et les échanges forcés
5 Conclusion

Aperçu du début du texte

1 Introduction

Imaginons un univers bigarré à bien des égards, au sein duquel des éléments que l’on a tendance spontanément à dissocier dialoguent entre eux et coexistent, sinon harmonieusement, du moins dans un état de tension plus ou moins gérable. Un monde aux traits bureaucratiques prononcés, cultivant le respect hiérarchique, la lettre circulaire, les « règles bien définies » et l’« impersonnalité ‘objective’«  [Weber 2013, 85, 108], mais qui autorise en même temps, voire encourage, orchestre et met à son profit, le développement en son sein de plusieurs micro-réseaux, dont les membres échangent régulièrement et intensément, à travers des publications, mais aussi par l’intermédiaire de canaux informels, leurs recherches et travaux personnels.

Cet univers est celui des polytechniciens dans la France de la première moitié du xixe siècle. L’exercice que nous nous sommes assigné ici consiste à étudier les échanges – oraux, épistolaires, ou liés à la diffusion de textes – qui ont lieu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Konstantinos Chatzis, « Le « monde social » polytechnicien de la première moitié du xixe siècle et la question de la circulation des savoirs en son sein », Philosophia Scientiæ [En ligne], 19-2 | 2015, mis en ligne le 19 juin 2015, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1091 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1091

Haut de page

Auteur

Konstantinos Chatzis

IFSTTAR – LATTS-École des Ponts ParisTech (France)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page