Navigation – Plan du site

Le microcosme de la géométrie souterraine : échanges et transmissions en mathématiques pratiques

Thomas Morel
p. 17-36

Résumés

La géométrie souterraine est une science mathématique pratique, qui se développe dans les exploitations minières et dont la diffusion est considérablement modifiée au cours du xviiie siècle. Ce phénomène est lié à l’institutionnalisation graduelle de la discipline, de l’établissement d’un système de compagnonnage à la création d’académies des mines. Progressivement, les pratiques vont faire appel à de nouvelles méthodes et intégrer une solide formation en mathématiques théoriques. La circulation et l’enseignement des connaissances sont dans un premier temps basés sur un système de manuscrits qui sera étudié en détail. L’exemple du Markscheider August Beyer (1677-1753) illustre ce processus collectif de constitution et de transmission de connaissances, dont la diffusion est cependant contrôlée. Nous analysons dans un second temps l’évolution des vecteurs de circulation et son influence sur la discipline, en nous appuyant sur la biographie de deux mathématiciens saxons, J.A. Scheidhauer (1718-1784) et son discipline J.F. Lempe (1757-1801). Leurs parcours croisés symbolisent la transformation de la discipline. Le passage à l’imprimé, la publication d’articles dans des revues spécialisées et la création de chaires académiques font de la géométrie souterraine une science reconnue qui reste cependant en dehors du corpus de connaissances et des débats universitaires.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 Diffuser sans imprimer : la culture manuscrite en géométrie souterraine
2.1 Manuscrits et formation des géomètres souterrains
2.2 Contexte d’utilisation des connaissances mathématiques pratiques
2.3 Travail collectif et institutionnalisation de l’enseignement
3 Évolutions de la discipline à l’Académie des mines de Freiberg
3.1 La mathématisation des pratiques dans les manuscrits de J.A. Scheidhauer
3.2 J.F. Lempe et l’évolution graduelle des vecteurs de circulation
3.3 Circulation des publications en géométrie souterraine
4 Conclusion
Remerciements

Aperçu du début du texte

1 Introduction

Dans les régions montagneuses d’Europe centrale, l’usage de la géométrie pratique est nécessaire au bon fonctionnement des mines. À partir du xvie siècle, il est fréquemment fait mention de géomètres souterrains : il s’agit d’une profession différenciée, qui possède des compétences techniques et scientifiques particulières. Ces régions forment des îlots géographiquement isolés qui possèdent une culture commune, entre lesquels circulent hommes et connaissances. Confrontés à des problèmes similaires, ils développent aux xviie et xviiie siècles un ensemble de savoirs, les sciences des montagnes, parmi lesquelles figurent en bonne place la géométrie souterraine [en allemand, Markscheidekunst, en latin geometria subterranea].

Cette discipline constitue à l’origine un ensemble de connaissances et de techniques éminemment pratiques développées dans un but concret : mettre des savoirs géométriques au service de l’exploitation minière. Le géomètre souterrain est membre de l’admi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Morel, « Le microcosme de la géométrie souterraine : échanges et transmissions en mathématiques pratiques », Philosophia Scientiæ [En ligne], 19-2 | 2015, mis en ligne le 19 juin 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1089 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1089

Haut de page

Auteur

Thomas Morel

Technische Universität Berlin (Allemagne)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page