Navigation – Plan du site
Varia

Constantes logiques et décision

Saloua Chatti
p. 229-250

Résumés

Dans cet article, j'analyse le problème des significations des constantes logiques. Ces significations sont-elles fixées conventionnellement comme le suggèrent Carnap et Wittgenstein, ou bien doivent-elles s'imposer à tous et ne pas dépendre de décisions préalables ? Après avoir examiné le conventionnalisme de Wittgenstein et Carnap et l'anti-conventionnalisme de Peacocke selon lequel les sens des constantes logiques reposent sur des conceptions implicites, je montre que les deux thèses sont également critiquables. La première ne résiste pas à l'incohérence du connecteur « tonk », inventé par Prior, dont les règles montrent que la convention ne peut pas déterminer à elle seule les significations des constantes logiques, la deuxième ne tient pas assez compte des divergences importantes entre les logiques. En me basant sur différents systèmes logiques, je présente de nouveaux arguments pour défendre une position intermédiaire selon laquelle chaque constante logique se déploie en diverses variantes qui forment un spectre allant de la version la plus forte à la version la plus faible. Dans ce cadre, le concept de décision joue un rôle en logique, mais les décisions sont prises en amont, en fonction de certaines conceptions touchant la vérité, la déduction et les critères de logicité adoptés par les logiciens, et tiennent compte des intuitions fondamentales liéesà chaque constante.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

1 Introduction
2 Le conventionnalisme logique
3 L’anti-conventionnalisme logique
4 Décision et sens des constantes logiques
4.1 La négation
4.2 La conjonction
4.3 La disjonction
4.4 L’implication
5 Les critères de choix des règles définitionnelles
6 Conclusion

Aperçu du début du texte

1 Introduction

Le sens des constantes logiques est-il fixé conventionnellement par simple décision ? Ou doit-il s’imposer de lui-même et ne pas dépendre de nos choix individuels ? (1) a été défendue par Wittgenstein et Carnap, (2) a été défendue par Peacocke entre autres. La thèse conventionnaliste a été critiquée notamment par Prior qui a montré qu’elle conduisait à l’admission de connecteurs incohérents ; quant à la thèse anti-conventionnaliste, elle ne rend pas compte des différences notables entre les définitions des constantes dans les systèmes logiques. Compte tenu des impasses auxquelles conduisent ces deux thèses, une position intermédiaire semble être que chaque constante logique doit posséder un sens minimal commun à toutes ses variantes et qui justifie au moins leur appellation commune. C’est cette thèse que je souhaite défendre dans cet essai. Je commencerai par analyser le conventionnalisme et ses limites, ensuite l’anti-conventionnalisme et ses insuffisances, pour finir...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Saloua Chatti, « Constantes logiques et décision », Philosophia Scientiæ [En ligne], 19-1 | 2015, mis en ligne le 23 avril 2015, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://philosophiascientiae.revues.org/1067 ; DOI : 10.4000/philosophiascientiae.1067

Haut de page

Auteur

Saloua Chatti

Université de Tunis (Tunisie)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page